Journée d'information sur le nouveau visage de l'armée

La mise en oeuvre du développement de l'armée (DEVA) poursuit son cap. Ces nouvelles bases ...
Journée d'information sur le nouveau visage de l'armée

Journée d'information sur le nouveau visage de l'armée

Photo: Keystone

La mise en oeuvre du développement de l'armée (DEVA) poursuit son cap. Ces nouvelles bases de l'armée suisse entrent en vigueur dès le 1er janvier 2018 et seront concrétisées jusqu'en 2022. La troupe sera notamment mobilisée par SMS.

L'armée a organisé jeudi une journée d'information sur DEVA à Berthoud (BE), en présence d'une centaine d'invités du monde politique, économique et de la formation. Le chef du Département fédéral de la défense Guy Parmelin et le chef de l'armée Philippe Rebord étaient sur place.

Les planifications sont maintenant terminées, a déclaré le conseiller fédéral Guy Parmelin. Au cours des années à venir, il s’agira par conséquent de mettre en oeuvre progressivement le DEVA.

'Les 20 milliards suffisent'

Le but est de trouver un nouvel équilibre entre les tâches à effectuer et les ressources mises à la disposition de l’armée. Les 20 milliards de francs consentis par le Parlement sont suffisants pour la réforme, a assuré le Vaudois.

DEVA constitue une réponse appropriée aux menaces et aux risques actuels. La mise en oeuvre de ce développement est d’une importance capitale pour la sécurité de la Suisse, a insisté le commandant de corps Philippe Rebord.

La réforme ne pourra pas être concrétisée du jour au lendemain, a-t-il répété. Les travaux qui restent à accomplir dureront jusqu'à fin 2022, notamment l'équipement complet de la troupe.

'Les plus rapides'

Question rapidité, la Suisse posera des jalons, estime le commandant: 'Aucun pays en Europe ne sera capable de mobiliser en si peu de temps autant de membres de l'armée que nous', a-t-il affirmé.

Pour des événements non prévisibles comme les catastrophes naturelles ou les attaques terroristes, les premières forces devraient être engagées sur le terrain en quelques heures seulement.

Trois jours après un tel événement, 8000 membres de l'armée devraient être mobilisés. Dix jours après, 35'000 soldats. Cette mobilisation rapide doit être rendue possible grâce notamment aux nouvelles formations de milice à disponibilité élevée. Ces forces ne seront plus alertées par un ordre de marche écrit, mais par SMS ou d'autres moyens de communication électroniques.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus