KKS: Un oui à l'initiative de limitation serait un « Brexit suisse »

La nouvelle conseillère fédérale libérale-radicale Karin Keller Sutter a présenté vendredi ...
KKS: Un oui à l'initiative de limitation serait un « Brexit suisse »

KKS: Un oui à l'initiative de limitation serait un

Photo: Keystone/Gian Ehrenzeller

La nouvelle conseillère fédérale libérale-radicale Karin Keller Sutter a présenté vendredi à Romanshorn (TG) ses priorités au DFJP: sécurité et emploi'. Un oui à 'l'initiative de limitation' de l'UDC serait 'un Brexit suisse'.

Trois mois après son entrée en fonctions, Karin Keller-Sutter a convoqué la presse dans le port de Romanshorn (TG) pour tirer un premier bilan. Elle a choisi un lieu à plus de deux heures de Berne, car 'la diversité de ses régions, de ses cantons et de ses langues fait la force de la Suisse. C'est un peu oublié dans la capitale fédérale', a dit la Saint-Galloise.

Voie bilatérale remise en cause

'L'initiative de limitation' de l'UDC est actuellement le dossier le plus important au Département fédéral de justice et police (DFJP), a souligné la conseillère fédérale. Un oui à cette initiative serait 'un Brexit suisse', car une dénonciation de la libre circulation remettrait fondamentalement en cause la voie bilatérale avec l'Union européenne.

Cela causerait des dommages considérables à la place économique et scientifique suisse. 'La voie bilatérale est une source de prospérité et d'emplois', a souligné la cheffe du DFJP. Près de 80'000 emplois en dépendent uniquement dans les trois cantons qui jouxtent le lac de Constance.

Mesures contre le djihadisme

La sécurité en Suisse est élevée, mais de nouvelles questions émergent sans cesse dans ce domaine, particulièrement dans le contexte de la menace posée par le djihadisme, a expliqué la conseillère fédérale. Elle souhaite examiner avec les cantons des mesures complémentaires.

Et de citer, par exemple, la possibilité de prononcer des mesures de restriction de la liberté pour des personnes condamnées pour terrorisme qui ont purgé leur peine, mais représentent encore un danger. Il s'agit aussi d'épuiser toutes les possibilités concernant le retrait de la nationalité pour les binationaux et d'améliorer l'exécution des renvois. Tout cela se fera dans le respect du droit national et international.

/ATS
 

Actualités suivantes