L'UDC Pascal Dessauges renonce au deuxième tour

Pascal Dessauges a annoncé mardi qu'il ne se présentera pas au deuxième tour de l'élection ...
L'UDC Pascal Dessauges renonce au deuxième tour

L'UDC Pascal Dessauges renonce au deuxième tour

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Pascal Dessauges ne se présentera pas au deuxième tour de l'élection complémentaire au Conseil d'Etat vaudois, le 7 avril prochain. L'UDC avait terminé deuxième dimanche, clairement distancé par Rebecca Ruiz. La socialiste devrait être élue tacitement.

'Avec près de 13'000 voix de retard, nos chances de succès sont quasiment nulles', a expliqué mardi l'UDC devant la presse. 'Je ne jette pas l’éponge, mais je me dois d’être conséquent et pragmatique. Je prends mes responsabilités et décide d’éviter la dépense de plus d’un demi-million de francs aux contribuables vaudois', a-t-il ajouté.

Décision de raison

'Ce n'est pas de gaieté de coeur, c'est une décision de raison', a poursuivi Didier Fattebert, vice-président de l'UDC Vaud. Le scénario vécu dimanche, à savoir 37,6% des suffrages à Pascal Dessauges contre 46,6% à la socialiste, 'est le seul que l'on avait pas imaginé. On pensait être au coude-à-coude avec Rebecca Ruiz.'

Pascal Dessauges a pris sa décision d'entente avec les organes dirigeants de son parti. Après analyse détaillée, force a été de constater que le retard ne pourrait être rattrapé, même en prenant en compte de possibles reports de voix, a-t-il indiqué.

Verts et PLR

Malgré l'engagement important des instances dirigeantes et des militants PLR, ceux-ci n'ont été suivis que partiellement par leur base. 'Une partie de l'électorat PLR a de la peine à faire élire un UDC. Depuis 2011, on a proposé quatre personnalités différentes, cela n'a pas marché', a relevé Pascal Dessauges. Selon lui, il a manqué 10'000 à 12'000 voix PLR.

La différence avec la candidate socialiste repose également sur la mobilisation très marquée des Verts (+9%) par rapport à l'élection du gouvernement 2017. 'Cela nous a surpris', a souligné Kevin Crausaz, secrétaire général de l'UDC Vaud. L'omniprésence des préoccupations climatiques a sans aucun doute joué un rôle majeur dans ce premier tour.

Reprendre sa fonction

L'UDC ne remet pas en cause son candidat qui a fait une excellente campagne, participant à pas moins de 71 événements en sept semaines. 'La population vaudoise souhaite conserver la majorité de gauche. Le compromis dynamique fait encore son effet', constate Didier Fattebert, rappelant également qu'il s'agit de succéder à Pierre-Yves Maillard.

'J'ai été serein pendant la campagne, j'ai été serein dimanche et je suis serein aujourd'hui', déclare Pascal Dessauges. Après quelques jours de repos, le quinquagénaire discutera avec le Conseil d'Etat pour savoir quand il reprendra sa fonction de préfet du Gros-de-Vaud.

Il ne s'agit pas d'une claque, estime-t-il, car l'électorat UDC s'est lui fortement mobilisé (+2%). Des analyses plus fines vont désormais être effectuées. Et le parti retrousse désormais ses manches pour les élections fédérales d'octobre.

Les UDC se sont par ailleurs défendus de toute agressivité envers Rebecca Ruiz. Les organes du parti ont attaqué son programme jamais sa personne, a souligné Kevin Crausaz.

Pas aisé

Le PLR prend acte de la décision de l'UDC, indique-t-il mardi dans un communiqué. La tâche du candidat de l’UDC Vaud était particulièrement ardue dans cette élection complémentaire, face à une candidate conseillère nationale, largement médiatisée et connue.

A cet égard, le résultat obtenu par Pascal Dessauges ne saurait être dévalorisé, mais doit au contraire être salué. D’autant plus qu’il s’agissait pour ce candidat d’aller chercher l’un des trois sièges socialistes, ce qui n’est jamais aisé.

Seule en lice

Le délai pour le dépôt des listes échoit mardi à midi. La socialiste Rebecca Ruiz devrait être seule en lice et pourrait ainsi être élue tacitement. Le PDC Axel Marion, qui avait obtenu 6% des voix dimanche, a annoncé qu'il ne participera pas au deuxième tour.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus