La Fédération des Eglises protestantes dit oui au mariage pour tous

La Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) préconise l'ouverture du mariage aux ...
La Fédération des Eglises protestantes dit oui au mariage pour tous

La Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) préconise l'ouverture du mariage aux couples de même sexe sur le plan civil. Ce 'oui' au mariage pour tous a été décidé mardi à Berne lors de l'Assemblée des délégués de l'organisation des églises réformées.

La majorité des délégués a suivi la recommandation du Conseil (exécutif) de la FEPS par 45 voix pour, 10 contre et 4 abstentions. Sabine Brändlin, membre du Conseil, a souligné qu'il ne s'agissait pas d'une décision d'introduire le mariage religieux pour les homosexuels. Elle a rappelé que cette compétence appartenait aux Eglises cantonales.

La Fédération recommande aussi aux Eglises membres de reprendre un éventuel futur élargissement de la notion civile de mariage aux couples de même sexe comme condition pour la célébration d'un mariage religieux.

Une recommandation refusée

La Fédération recommande aux Eglises membres d'assumer le nouveau concept possible de droit civil du mariage pour le mariage religieux. Elle propose parallèlement d'ancrer dans les règlements ecclésiastiques une disposition garantissant la liberté de conscience des pasteures et des pasteurs pour ce qui est de célébrer un mariage religieux pour un couple de même sexe.

Les délégués ont en revanche refusé d'inscrire les mariages des couples de même sexe dans le registre des mariages et d'adopter une pratique liturgique qui ne se distingue en rien de celle des couples hétérosexuels. Une majorité a jugé cette recommandation du Conseil superflue. Au vote final, le document sur le 'Mariage pour tous' a été adopté par 49 voix contre 11. Les débats ont été animés.

La Commission juridique du Conseil national s'est prononcée fin août en faveur du 'mariage pour tous', initiative parlementaire des Vert'libéraux. Actuellement, le mariage n'est ouvert qu'aux couples hétérosexuels. Le Conseil national devrait discuter du projet de loi au cours de la session du printemps 2020.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus