La Lega a un quart de siècle: de l'opposition au Conseil d'Etat

La Lega tessinoise passe le cap des 25 ans dimanche. Ce parti populiste de droite a été lancé ...
La Lega a un quart de siècle: de l'opposition au Conseil d'Etat

La Lega a un quart de siècle: de l'opposition au Conseil d'Etat

Photo: Keystone

La Lega tessinoise passe le cap des 25 ans dimanche. Ce parti populiste de droite a été lancé par Giuliano Bignasca, aujourd'hui décédé. Mouvement de contestation à ses débuts, il compte deux représentants au Conseil d'Etat tessinois un quart de siècle plus tard.

Le 'mouvement' a été officiellement lancé le 17 janvier 1991, indique la Lega avec sur sa page d'accueil, mais a attendu dimanche pour marquer le coup. En 1990, Giuliano Bignasca, décédé en 2013, a lancé le journal dominical gratuit Il Mattino della Domenica.

Depuis la naissance de la Lega, le paysage politique au Tessin a radicalement changé: avec Claudio Zali et Norman Gobbi, ce parti compte deux conseillers d'Etat sur cinq. Et Lugano, la plus grande ville de ce canton, est dirigée par le maire léguiste Marco Borradori.

Lors des dernières élections cantonales en 2015, la Lega a récolté le plus grand nombre de sièges au Parlement, juste derrière le PLR. Dernier événement en date, Norman Gobbi, président du Conseil d'Etat, a été sollicité pour tenter de ravir un deuxième siège au Conseil fédéral en décembre dernier: ce canton n'est plus représenté au gouvernement depuis 1999.

Un mouvement plutôt qu'un parti

La Lega continue de se considérer comme un mouvement plutôt que comme un parti. Des assemblées de parti avec ordre du jour et l'élaboration d'un programme ne font pas partie de sa manière de fonctionner, a expliqué à l'ats Oscar Mazzoleni, politologue à l'Université de Lausanne.

La communication passe avant les structures pour cette formation. Il doit être le seul groupement politique de Suisse à ne pas utiliser un véritable système de gestion de ses membres, souligne le chercheur.

On peut toutefois évaluer le lectorat d'Il Mattino della Domenica à près de 80'000 personnes. Ce journal propose un contenu mêlant à la fois presse de boulevard et attaques politiques.

Le visage de Janus

Depuis l'élection du premier léguiste au Conseil d'Etat tessinois, Marco Borradori en 1995, la Lega a deux visages. Elle navigue entre politique de contestation et responsabilité gouvernementale.

Sur les questions de l'Union européenne (UE), des frontaliers et des relations avec Berne, la Lega donne le la, souligne encore le politologue. Elle a réussi à faire admettre que le Tessin est une région spécifique aux besoins parfois différents du reste de la Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus