Lausanne: le parc naturel du Jorat prend forme

Lausanne veut accueillir le premier parc naturel périurbain de Suisse romande. Situé dans la ...
Lausanne: le parc naturel du Jorat prend forme

Lausanne: le parc naturel du Jorat prend forme

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

Lausanne veut accueillir le premier parc naturel périurbain de Suisse romande. Situé dans la forêt du Jorat, sur les hauts de la ville, le projet pourrait obtenir l'an prochain le feu vert de la Confédération.

'Lausanne fait oeuvre de pionnier', a affirmé lundi la conseillère municipale lausannoise Natacha Litzistorf en présentant le projet à la presse. Elle a relevé que le concept de parc périurbain était encore 'relativement récent' et qu'il n'en existait qu'un seul en Suisse, dans le Sihlwald à Zurich.

Pour la municipale en charge de l'environnement, un tel espace s'apparente à 'un petit condensé de développement durable.' Avec comme principal objectif, la sauvegarde de la biodiversité: 'Il faut favoriser les espèces liées au vieux bois et au bois mort, actuellement insuffisants dans la forêt du Jorat', a-t-elle souligné. Un meilleur encadrement de l'offre de loisirs, une sensibilisation à la nature et une valorisation de l'économie forestière régionale font aussi partie de la mission de ce parc.

Ces arguments n'ont toutefois pas convaincu les autres communes voisines des bois du Jorat, qui ont toutes refusé que le parc s'étende sur leur territoire. 'Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé', a regretté Mme Litzistorf. Selon elle, les craintes de voir certaines libertés limitées ont braqué de nombreuses personnes.

'Pas la mer à boire'

'Il n'y a pourtant quasiment pas de restrictions', a assuré la municipale verte. 'Les seules personnes qui pourraient éventuellement être mécontentes, ce sont les champignonneurs du dimanche', a-t-elle dit. Et pour cause, la marche en dehors des chemins signalés serait interdite dans la zone centrale du parc. Elle resterait néanmoins autorisée dans la zone de transition, qui sert de tampon entre la zone centrale et le reste de la forêt.

Comme la marche, l'équitation, le VTT ou le ski de fond, qui resteraient aussi permis en zone centrale, mais uniquement sur les parcours balisés. Les chiens devraient être tenus en laisse et l'exploitation du bois serait interdite. 'Mais là aussi, ce ne serait qu'en zone centrale. Ce n'est pas la mer à boire', a estimé Mme Litzistorf.

Cette fameuse zone centrale, soit une surface de 444 hectares, doit permettre 'une libre évolution des processus naturels', a expliqué la cheffe de projet Sophie Chanel. Elle a aussi insisté sur la nécessité d'augmenter le bois mort, dont dépendent 25% des espèces forestières.

A noter que le projet d'implantation de huit éoliennes dans le Jorat - actuellement bloqué par des recours en justice - ne toucherait par le parc naturel. 'Nous avons fixé les frontières en fonction des éoliennes', a précisé Mme Litzistorf.

Décision l'an prochain

Porté par la municipalité de Lausanne, le projet de parc naturel du Jorat doit désormais passer devant le conseil communal début 2020. S'il est accepté, il sera alors transmis par le canton de Vaud à la Confédération en vue de l'octroi du label 'Parc d'importance nationale' pour une entrée en force au 1er janvier 2021.

Question coût, le budget annuel de ce parc se monte à 740'000 francs, dont la moitié serait financée par la Confédération. Le canton assurerait 19% du coût, tandis qu'une association de communes - qui doit encore voir le jour - prendrait 22%. Le solde, soit 9%, serait financé par des tiers et des recettes d'exploitation.

Si le parc du Jorat voit le jour, Mme Litzistorf n'exclut pas que les autres communes rejoignent malgré tout le projet. 'Ce n'est pas le parc des Lausannois, mais de toute une région. Nous accueillerons à bras ouverts tous ceux qui souhaiteraient y participer', a-t-elle affirmé, disant espérer à terme 'un effet boule de neige.'

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus