Le Conseil d'Etat genevois devra se pencher sur cette affaire

Le Conseil d'Etat genevois est invité à s'occuper de l'affaire du pipi de chien amendé sur ...
Le Conseil d'Etat genevois devra se pencher sur cette affaire

Le Conseil d'Etat genevois devra se pencher sur cette affaire

Photo: Keystone

Le Conseil d'Etat genevois est invité à s'occuper de l'affaire du pipi de chien amendé sur le domaine public. Une pétition munie de 3302 signatures lui a été renvoyée vendredi par le Grand Conseil.

Ce renvoi a été voté sans débat à l'unanimité moins une voix et trois abstentions. L'exécutif cantonal a désormais six mois pour déposer un rapport sur la suite à donner à la pétition qui demandait que le Grand Conseil se prononce sur la question.

Cette dernière avait récolté rapidement 3302 signatures manuscrites ainsi que 2035 signatures électroniques. Elle avait été lancée par Manuel Alonso Unica, qui est à la tête du Mouvement de Défense des Propriétaires de chiens de Genève (MDPCG).

A l'origine de son courroux, une amende infligée pour un pipi de caniche sur la voie publique en novembre 2016. La propriétaire avait été amendée à hauteur de 350 francs, soit 200 francs plus 150 francs de frais. Suite à un recours, l'amende avait baissé, mais pas assez selon la propriétaire du chien. L'affaire est toujours devant la justice.

La loi genevoise sur les chiens précise que le détenteur doit ramasser les déjections de l'animal. Cette disposition est interprétée pour les excréments solides. Le MDPCG s'insurge contre le fait que le liquide est devenu amendable, par interprétation légale de certains policiers. Les autorités sont appelées à clarifier cette disposition.

/ATS
 

Actualités suivantes