Le Conseil national tranche sur le congé paternité

Le sort du congé paternité se joue mercredi au Conseil national. L'initiative populaire qui ...
Le Conseil national tranche sur le congé paternité

Le Parlement soutient un congé paternité de deux semaines

Photo: KEYSTONE/PPR/OBS/IKEA AG

Un congé paternité de deux semaines séduit le Conseil national. Seule l'UDC s'est majoritairement opposée à ce projet adopté par 129 voix contre 62 après 6h30 de débat. La Chambre a rejeté par 120 voix contre 67 l'initiative populaire pour un congé de 20 jours.

La réglementation actuelle n'est plus suffisante, a expliqué mercredi Philipp Kutter (PDC/ZH) au nom de la commission. Un jeune père obtient un jour de congé à la naissance de son enfant, soit autant que lorsqu'il déménage.

Un congé paternité répond aux exigences de la nouvelle génération, a avancé Hans-Peter Portmann (PLR/ZH). Il a le soutien de 85% de la population. 'Les pères ne veulent pas être des assistants ou des apprentis dans leur famille', a abondé Adrian Wütrich (PS/BE).

L'introduction d'un congé paternité de deux semaines est un signal fort pour les familles, il est compatible avec l'économie et finançable. La Suisse est le seul pays d’Europe qui ne connaît ni congé paternité ni congé parental.

Pas de congé parental

'C'est un petit pas arraché dans la douleur', a soutenu Mathias Reynard (PS/VS). Le Valaisan a plaidé en vain pour un congé parental de 38 semaines. 'C'est la seule véritable proposition d'avenir'. C'était 'une proposition ambitieuse, mais modérée en comparaison internationale'. La moyenne de l'OCDE est de plus de 54 semaines entre les deux parents.

L'introduction d'un congé parental, qu'il soit de 28, 38 ou 52 semaines, n'a séduit que la gauche. Toutes ces propositions ont été balayées par 131 voix contre 60. Le PS, les Verts et les Vert'libéraux avaient argué qu'un tel congé permettait d'éliminer les discriminations à l'embauche et apportait des gains.

Les femmes qui reprennent une activité lucrative seront moins dépendantes de l'aide sociale à leur retraite. Les dépenses de l'Etat en seront réduites, a rappelé Isabelle Chevalley (PVL/VD). De plus, augmenter de 1% le taux de travail des femmes rapporterait suffisamment de revenus fiscaux pour rémunérer un congé paternité de 18 à 20 semaines.

Pour le PDC, un congé parental est 'irréaliste'. Le PBD s'est également tenu à la politique suisse des petits pas. Il est toutefois conscient que d'autres pas suivront. Christian Wasserfallen (PLR/BE) a souligné que la solution de deux semaines est raisonnable, 'même si elle cimente une répartition traditionnelle des rôles'.

Boîte de Pandore

L'UDC ne voulait pas ouvrir la boîte de Pandore. Un congé paternité est gentil, mais il apporte beaucoup de défis, a souligné Nadja Pieren (UDC/BE). Les coûts sociaux augmentent. La situation de la caisse de l'AVS est déjà difficile, il serait faux de vider une autre caisse sociale, a argué la Bernoise.

Les PME sont aussi empêtrées dans la bureaucratie. Elles seront priées de passer à la caisse, a souligné Verena Herzog (UDC/TG). Elles doivent aussi s'organiser pour remplacer un collaborateur durant deux semaines. Elles arrivent bien à s'organiser lorsque l'homme part au service militaire, lui a répondu la gauche.

Responsabilité individuelle

L'UDC ne veut pas d'un congé contraint et subventionné par l'Etat. Elle privilégie la responsabilité et les initiatives individuelles des familles et des entreprises. 'On peut parfaitement régler cela sans l'aide de l'Etat', a rappelé Yves Nidegger (UDC/GE).

Le conseiller fédéral Alain Berset soutient aussi la recherche de solutions privées. Il préfère également développer l'offre d'accueil extrafamilial et parascolaire afin de mieux concilier vie professionnelle et familiale.

En bloc ou isolé

L'initiative 'Pour un congé de paternité raisonnable - en faveur de toute la famille' demande un congé paternité de 20 jours pouvant être pris de manière flexible dans l'année qui suit la naissance de l'enfant. Dans le contre-projet indirect adopté par le Conseil des Etats, les deux semaines seraient à prendre dans les six mois suivant la naissance, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées.

Les deux modèles seraient financés via les allocations pour perte de gains (APG). Le montant maximum sera de 196 francs par jour. Pour deux semaines, il faut augmenter l'actuel taux de cotisation aux APG (0,45%) de 0,05 point; pour quatre semaines, de 0,11 point. La charge financière s'élève à 230 millions de francs par an pour un congé de dix jours, contre 460 millions pour quatre semaines, a précisé M. Berset.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus