Le PLR consulte ses membres sur l'environnement, à titre indicatif

Le PLR consulte pendant un mois ses 120'000 membres sur sa politique environnementale. Il a ...
Le PLR consulte ses membres sur l'environnement, à titre indicatif

Le PLR consulte ses membres sur l'environnement, à titre indicatif

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Le PLR consulte pendant un mois ses 120'000 membres sur sa politique environnementale. Il a présenté jeudi son sondage, qui ne sera pas contraignant. Les réponses, qui ne seront pas publiées dans le détail, serviront de base de discussion au parti.

Les résultats seront présentés aux délégués le 22 juin sous la forme d'un papier de position. 'Le PLR espère 10 à 20% de réponses', a dit sa présidente Petra Gössi devant la presse.

La Schwyzoise a nié que le parti veuille tout d'un coup se parer de vert en année d'élections fédérales, dans le contexte des mobilisations sur le climat et des victoires électorales des Verts et des Verts libéraux. Elle a toutefois reconnu que ce sondage venait 'un peu tard'.

Bien que des mesures étatiques y soient présentées, le PLR s'est redit clairement en faveur d'une politique libérale. 'Les problèmes écologiques ne peuvent être résolus que par la recherche et les progrès économiques', pas par des interdictions, a affirmé Petra Gössi.

Réchauffement causé par l'homme?

Le parti demande à ses membres à quel niveau ils placent les problèmes liés au réchauffement climatique et à l'environnement par rapport à d'autres thématiques. Il veut aussi savoir s'ils croient à un réchauffement causé par l'être humain.

Les membres sont aussi invités à dire s'ils souhaitent que le parti s'engage plus ou au contraire moins pour le climat et la protection de l'environnement.

Mesures en Suisse

Concernant les émissions de CO2, le questionnaire demande à quel point elles doivent être abaissées pour satisfaire aux exigences de l'Accord de Paris sur le climat, et si cela doit être fait en Suisse. Il propose notamment comme choix 'zéro émission nette de CO2 d'ici 2030', soit un objectif plus ambitieux que les engagements pris par la Suisse (50% de réduction d'ici 2030 par rapport à 1990)

Mais parmi les choix possibles figure aussi l'absence d'objectif national de réduction, et des contributions variables en Suisse et à l'étranger. S'alliant à l'UDC, le PLR a biffé en décembre tout objectif national de réduction dans la loi sur le CO2. Fâchant la gauche, il a contribué à l'échec du projet au Conseil national.

Chauffage des bâtiments

Le PLR veut aussi savoir quelle part de leur revenu annuel ses membres seraient prêts à consacrer en plus à une politique environnementale efficace.

Dans une seconde partie, les sondés peuvent sont invités à se prononcer sur les transports, les bâtiments, les milieux naturels, l'industrie et l'énergie. Ils sont notamment priés de prendre position sur l'interdiction des énergies fossiles pour le chauffage des bâtiments, une option jusqu'ici combattue par le parti.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus