Le Valais mobilisé pour réduire les accidents liés aux avalanches

Une douzaine de partenaires se mobilisent en Valais pour tenter de réduire le nombre de personnes ...
Le Valais mobilisé pour réduire les accidents liés aux avalanches

Le Valais mobilisé pour réduire les accidents liés aux avalanches

Photo: KEYSTONE/URS FLUEELER

Une douzaine de partenaires se mobilisent en Valais pour tenter de réduire le nombre de personnes tuées dans des avalanches. Ils ont présenté lundi un plan d'action qui passe notamment par la diffusion de messages de prévention.

C'est la police cantonale valaisanne qui a décidé d'empoigner le problème et de réunir autour de la table plusieurs partenaires. 'Une telle forte et fructueuse collaboration est sans précédent', affirme son porte-parole Stève Léger, contacté par Keystone-ATS.

Rappelant qu'onze personnes sont mortes la saison dernière dans des avalanches, Stève Léger souligne que la police cantonale se sent particulièrement concernée par ces drames. C'est à elle 'que revient la mission d'identifier les corps, d'investiguer sur les circonstances de l'avalanche et de se rendre aux domiciles des familles pour annoncer le décès de leur proche', relève-t-il.

Une échelle mal évaluée

Présenté lundi devant la presse, le plan d'action comprend trois mesures. La première consiste à créer et publier sur les réseaux sociaux des clips de prévention. Ils seront diffusés lorsque la situation sur le front des avalanches s'annonce délicate, soit en cas de degrés de danger 3 et 4 sur l'échelle européenne qui en contient cinq.

Une échelle de danger qui n'est pas toujours bien interprétée. Le troisième degré, dit 'marqué', n'est notamment pas évalué à sa juste valeur, sachant que 65% des accidents mortels ont lieu lorsque ce degré est annoncé.

'Le degré 3 sur 5 semble être au milieu de l'échelle, mais en réalité il s'agit du niveau maximal pour les pratiquants non expérimentés ou non accompagnés par un guide de montagne (ou un professionnel) lorsqu'il est question de quitter les pistes', soulignent les partenaires.

Plateforme sur Internet

Pour la deuxième action, Verbier sert de station-test. Des messages de prévention liés aux dangers 3 et 4 seront diffusés dans la station sur des supports spécialement aménagés. Les conseils seront visibles via des écrans, affiches et flyers, notamment aux départs des remontées mécaniques.

Troisième mesure, toutes les personnes intéressées pourront tester leurs connaissances sur la gestion des dangers sur le site avalanche-check.ch. Elles seront ensuite encouragées à se former et se perfectionner. Le questionnaire en français, allemand et anglais abordera les thèmes liés à la préparation des sorties, à la gestion du danger d'avalanche dans le terrain et aux secours.

60'000 francs de budget

A la fin de la saison, les partenaires tireront un bilan des actions. Selon les résultats, elles seront reconduites et toutes les stations et partenaires intéressés seront invités à y prendre part.

Le budget total des actions s'élève à 60'000 francs, précise Pierre Mathey, secrétaire général de l'Association suisse des guides de montagne et directeur des Remontées mécaniques du Valais. Il est couvert par les partenaires soit via une participation financière, soit via des prestations non facturées.

Outre la police cantonale, les partenaires suivants ont participé à l'élaboration de ce plan d'action: l'Organisation cantonale valaisanne des secours, l'Association suisse des guides de montagne, les Remontées mécaniques du Valais, l'Institut pour l'étude de la neige et des avalanches, l'Office cantonal du sport, Air-Glaciers, le Groupe d'intervention médicale en montagne, le Service de l'économie, du tourisme et de l'innovation, la station de Verbier, le club des Combins, le Bureau de prévention des accidents, ainsi que de jeunes freeriders valaisans.

http://avalanche-check.ch

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus