Le ministre de la santé apporte son soutien sur le terrain

Alain Berset veut garder le contact avec les réalités du terrain. Après le Tessin et Genève ...
Le ministre de la santé apporte son soutien sur le terrain

Alain Berset veut garder le contact avec les réalités du terrain. Après le Tessin et Genève en mars, le ministre de la santé est venu prendre le poul du dispositif sanitaire en Valais et lui apporter son soutien dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Aux soins intensifs de l’hôpital de Sion, le conseiller fédéral a notamment suivi une présentation du travail du Service des maladies infectieuses. Toujours à Sion et sans la présence de journaliste, le Fribourgeois s’est ensuite rendu dans l’un des six centres d’investigation ambulatoire mis sur pied sur territoire valaisan. Alain Berset s’est également entretenu avec le gouvernement valaisan durant une demi-heure.

Importante flexibilité

'J’ai voulu me faire une idée précise de la situation en Valais et de ce qui avait été mis en place afin d’éviter des surcharges dans les hôpitaux et les cabinets médicaux', a résumé, lors d’un point presse, Alain Berset. 'Je suis notamment impressionné par la flexibilité des institutions et du monde soignant'.

'Je connais bien le Valais et ses spécificités économiques. Ce canton paie un tribut particulièrement lourd. En ce sens, j’ai apprécié la clarté et la grande responsabilité du canton sur la question de la fermeture des pistes de ski', a encore déclaré le conseiller fédéral.

Alain Berset a rappelé 'que le moment n’est pas venu de gaspiller nos efforts. Ce n’est donc pas le moment de se retrouver pour de grande fête de famille à Pâques'.

Contrôles accentués

De nombreux résidents secondaires sont cependant attendus dans les stations touristiques ces prochains jours, et notamment en Valais. Alain Berset a rappelé que tout mouvement important de population tend à aggraver le problème. 'Evitons donc de charger certains cantons'.

De compétences des cantons, les contrôles de police en lien avec les règles de distanciation 'seront renforcés pendant la période de Pâques, même si les Valaisans font partie des bons élèves jusqu’à présent', a précisé, lundi, le président du gouvernement, Roberto Schmidt. 'La police ne va cependant pas intervenir pour faire de l’argent', a assuré le Haut-Valaisan.

Des nouvelles pour le 16 avril

Des sacrifices sont nécessaires pour pouvoir sortir le plus rapidement possible de la crise et le Conseil fédéral planche sur un plan de sortie crise qu'il pourrait présenter d'ici au 16 avril.

D'ici là, 'nous aurons encore deux séances du Conseil fédéral (ndlr: les 8 et 15 avril) pour peaufiner notre stratégie. Nous avons besoin de nous baser sur des faits solides', a indiqué M. Berset, tout en rappellant que la Suisse n'a pas encore atteint le pic de la pandémie.

54 décès recensés

Lundi midi, le Valais comptait 54 décès, dont les 45% en EMS, et 1384 cas testés positifs au Covid-19. Statistiquement, 390 Valaisans sont ou été touchés sur 100'000 habitants. 'Actuellement, nous pratiquons entre 300 et 400 tests par jour, notamment de patients à risque et du personnel soignant', précise la conseillère d’Etat en charge de la santé, Esther Waeber-Kalbermatten.

'Dès la fin de la semaine, nous espérons augmenter ce chiffre afin notamment d’effectuer des tests pour le personnel en EMS'. Au niveau national, plus de 160'000 tests ont été réalisés. Le nombre de tests positifs lundi était de 21'652, avec une incidence de 252/100'000.

/ATS
 

Actualités suivantes