Le prix Marcel Benoist à la professeure de l'EPFZ Nicola Spaldin

Le prix scientifique Marcel Benoist a été décerné jeudi à Nicola Spaldin. Deuxième femme à ...
Le prix Marcel Benoist à la professeure de l'EPFZ Nicola Spaldin

Le prix Marcel Benoist à la professeure de l'EPFZ Nicola Spaldin

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Le prix scientifique Marcel Benoist a été décerné jeudi à Nicola Spaldin. Deuxième femme à recevoir ce prix quasi-centenaire, cette professeure de théorie des matériaux à l'EPFZ a été récompensée pour sa recherche sur les matériaux multiferroïques.

Par ses travaux, Nicola Spaldin 'a posé les bases d'une nouvelle technologie de sauvegarde de données à des vitesses extrêmement élevées et avec une grande efficacité énergétique', écrit la Fondation Marcel Benoist dans un communiqué.

La chercheuse de 50 ans a été personnellement informée par le conseiller fédéral Guy Parmelin, président de la fondation. Elle recevra ce prix doté de 250'000 francs samedi à Berne.

Comme l'explique le communiqué, les multiferroïques sont une nouvelle classe de matériaux qui réagissent aussi bien à des champs magnétiques qu'électriques - des propriétés qui apparaissent rarement ensemble. Cette combinaison en fait un matériau très prometteur qui pourrait notamment remplacer le silicium dans les puces d'ordinateurs du futur.

Ordinateurs ultra-rapides

La recherche sur ces matériaux a débuté au milieu du XXe siècle, mais ne s'est que fort peu développée pendant près de 50 ans faute de matériaux appropriés. Déjà en tant que jeune scientifique, Nicola Spaldin a cherché à savoir pourquoi les multiferroïques sont si rares et comment les développer.

Ses travaux ont dynamisé la branche de la recherche consacrée à ce type de matériaux. Grâce à son 'travail pionnier', il sera bientôt possible de développer des appareils électroniques dotés d'une architecture entièrement nouvelle et d'une efficacité énergétique améliorée, écrit la fondation.

Ces découvertes laissent entrevoir des débouchés dans le domaine des ordinateurs ultra-rapides, des puces de données miniatures ou des mesures médicales de haute précision.

Hommage à la Suisse

Née en 1969 en Angleterre, Nicola Spaldin est diplômée en sciences naturelles de l'Université de Cambridge, avant d'obtenir un doctorat de l'université américaine de Berkeley. Elle travaille depuis 2011 à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

Elle a déjà reçu plusieurs prix, notamment le Prix Körber en 2015, une des plus importantes récompenses scientifiques européennes, doté de 750'000 euros (802'000 francs). Son nom apparaît régulièrement dans la liste des 'papables' pour le prix Nobel de physique.

La chercheuse dit apprécier particulièrement en Suisse 'les excellentes conditions de recherche' dont elle dispose. 'L'intérêt que porte la société suisse aux sciences de l'ingénieur et à la formation en général me réjouit également', ajoute-t-elle dans le communiqué.

'Un modèle à suivre'

Nicola Spaldin est la deuxième femme à se voir décorer du prix le plus prestigieux de Suisse dans le domaine de la recherche, après la microbiologiste Françoise Gisou von der Goot en 2009.

'Nous sommes enchantés de pouvoir distinguer une chercheuse de pointe dans un domaine hautement innovant des sciences naturelles. Par sa curiosité et sa persévérance, la professeure Spaldin est un modèle à suivre pour toute la communauté scientifique, en particulier pour la relève', a souligné Guy Parmelin.

Le Prix Marcel Benoist récompense depuis 1920 des chercheurs méritants dont les travaux revêtent une importance significative pour la vie humaine. Dix lauréats ont reçu le Prix Nobel par la suite.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus