Le tandem de droite Lega-UDC en pole position, selon un sondage

Les Tessinois se rendent aux urnes aujourd'hui dimanche pour élire leurs représentants au Conseil ...
Le tandem de droite Lega-UDC en pole position, selon un sondage

Rocade au sein du gouvernement - Paolo Beltraminelli sort de scène

Photo: KEYSTONE/TI-PRESS/SAMUEL GOLAY

Le Conseil d’Etat tessinois est stable pour la législature 2019-2023. Le peuple a confirmé les conseillers d’Etat sortants de la Lega, du PLR et du PS mais il a évincé celui du PDC Paolo Beltraminelli, lui préférant l’outsider Raffaele De Rosa.

Pour la seconde législature consécutive, l’exécutif tessinois est donc exclusivement formé d’hommes. Avec 28,1% des voix, la Lega qui se présentait en tandem avec l’UDC reste le premier parti du canton tout en perdant environ quatre points par rapport à 2015.

Avec 24,5% (26,2 en 2005), le PLR qui aspirait à un second siège au détriment du PS a accusé un léger recul tout en restant le deuxième parti du canton. Le PDC (18,3% des voix contre 17,5% il y a quatre ans) maintient sa troisième position.

Le PS dont le siège semblait menacé jusqu’à il y a quelques semaines est en revanche passé de 14,1% en 2015 à 17,06% et reste le quatrième parti cantonal. En revanche, contrairement à la tendance observée à Zurich et à Lucerne, les Verts tessinois ont enregistré un piètre résultat passant de 6,5% en 2015 à 4,2% ce dimanche.

Les autres petites formations écologistes soit 'Les Verts libéraux' et la 'Ligue Verte', à eux deux, n’arrivent pas à 2%.

Le nouvel Exécutif tessinois est donc composé de Norman Gobbi qui a obtenu le meilleur score personnel (71'312 voix) et de Claudio Zali (66'689 voix) de la Lega, de Christian Vitta (66'819 voix) du PLR, de Raffaele De Rosa (44'648 voix) pour le PDC et de Manuele Bertoli (42'070) pour le PS.

Une surprise

La surprise principale de cette élection du gouvernement a donc été l’éviction du directeur du Département de la santé publique et des œuvres sociales. Elu en 2011, l’ingénieur Paolo Beltraminelli, 58 ans, a payé pour son implication dans le scandale qui a éclaboussé la société de sécurité privée Argo 1.

Mandatée par son département en 2014, sans mise au concours préalable, pour la surveillance des centres de requérants d’asile, Argo 1 a fini dans le collimateur du Ministère public de la Confédération et du Ministère public de Lugano.

Un de ses employés avait été arrêté puis jugé par le Tribunal pénal fédéral pour avoir recruté des volontaires pour l’Etat islamiste en Syrie, tandis que son directeur avait notamment été accusé d’avoir maltraité un requérant d’asile. L’affaire Argo 1 avait fait grand bruit au Tessin et donné lieu à une commission parlementaire d’enquête, laquelle avait dévoilé les lacunes commises par le département dirigé par M. Beltraminelli.

Déçu

Dimanche soir, dès l’annonce de sa défaite, le conseiller d’Etat sortant Paolo Beltraminelli n’a pas caché une certaine amertume: 'Je suis aussi déçu pour mes collaborateurs et ma famille', a-t-il déclaré au micro de la Radiotélévision de la Suisse italienne tout en félicitant son successeur et en espérant un nouveau départ pour son parti.

Agé de 46 ans, marié et père de deux enfants, Raffaele De Rosa est docteur en économie, licencié de l’Université de Fribourg. Maire de la commune unifiée de Riviera (nord du Tessin), il siège au Grand Conseil depuis 2003.

La participation a été de 59,7% (62,2% en 2015). Les résultats de l’élection des 90 membres du parlement tessinois seront publiés lundi soir.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus