Le télescope spatial CHEOPS prêt à être mis en orbite

Le téléscope spatial CHEOPS est prêt pour explorer l'espace, annonce jeudi l'Université de ...
Le télescope spatial CHEOPS prêt à être mis en orbite

Le télescope spatial CHEOPS prêt à être mis en orbite

Photo: Thomas Beck/Uni Bern

Le téléscope spatial CHEOPS est prêt pour explorer l'espace, annonce jeudi l'Université de Berne. L'instrument prendra la route par camion le 10 avril pour Madrid où il sera fixé sur un satellite qui l'emmènera dans l'espace.

CHEOPS (CHaracterizing ExOPlanet Satellite) est la première mission de l'Agence spatiale européenne (ESA) dirigée par la Suisse. Le satellite observera et caractérisera les planètes de quelque 500 étoiles particulièrement lumineuses pendant trois ans.

La caisse de transport spécialement conçue pour le précieux appareil se tient prête dans le bâtiment des sciences exactes, indique jeudi l'alma mater bernoise dans un communiqué. Ces prochains jours, les ingénieurs de l'équipe CHEOPS chargeront le télescope spatial dans ce container qui doit le protéger des chocs, de l'humidité et de la pollution.

Une fois à Madrid, l'engin sera installé au cours des prochaines semaines sur une plateforme-satellite qui le portera dans l'espace. Mais avant, il devra passer différents tests et sera envoyé vers la base spatiale de l'ESA à Kourou, en Guyane française. Là-bas, une fusée Soyouz le mettra en orbite à une altitude de 700 kilomètres, en compagnie d'un satellite radar italien.

Onze pays partenaires

Des instituts de onze pays européens participent à la mission CHEOPS. La structure de l'engin a été conçue et fabriquée en Suisse. L'optique, le logiciel de vol et d'autres pièces ont été financés par des instituts étrangers. Les délais serrés ont constitué un important défi pour l'équipe, dit l'Université de Berne.

Les coûts de la mission CHEOPS devraient se monter à 50 millions d'euros (près de 59 millions de francs). La Suisse a participé à hauteur d'environ 30 millions d'euros (35 millions de francs), le reste est pris en charge par les pays partenaires.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus