Les Fédérales en arrière-fond de la 2e université d'été du PS

Le Parti socialiste suisse tenait en cette fin de semaine à Chandolin (VS) sa deuxième université ...
Les Fédérales en arrière-fond de la 2e université d'été du PS

Les Fédérales en arrière-fond de la 2e université d'été du PS

Photo: Keystone

Le Parti socialiste suisse tenait en cette fin de semaine à Chandolin (VS) sa deuxième université d'été. Année électorale oblige, le PS prend l'engagement de mener plus de 100'000 échanges avec la population en faveur d'une Suisse ouverte et solidaire.

Si les autres partis ont des millions, le PS a les militants, la véritable force du parti. Une base solide sur laquelle il va construire sa campagne, a dit en substance Christian Levrat, 'fier de présider un parti dont la base est aussi engagée', selon un communiqué du PS publié samedi. Le Fribourgeois s'exprimait devant les quelque 140 membres du PS qui ont échangé durant quatre jours sur l'avenir du PS et de la Suisse.

Un avenir qui se dessinera à l'aune des résultats des prochaines élections d'octobre. A Chandolin, les participants étaient unanimes sur les objectifs à atteindre à cette occasion. Il s'agit de combattre l’imminence de l’isolement, le démantèlement programmé des rentes vieillesse et les attaques contre le tournant énergétique.

Pour y parvenir, les partis bourgeois ne doivent pas sortir renforcés des élections du 18 octobre, affirme le Parti socialiste. Ce dernier a donc pris l’engagement, grâce à ses milliers de membres, de mener plus de 100'000 échanges avec la population, aussi bien dans la rue que par téléphone, en faveur d’une Suisse ouverte et solidaire, précise-t-il dans son communiqué.

Les Fédérales 2015 n'ont pas constitué le seul thème abordé durant les quatre jours de l'université d'été qui se termine dimanche. Via seize modules de formation, les participants ont pu dégager 'les réponses socialistes aux questions politiques pressantes'.

Asile et intox

Des questions d’actualité, telles que l’Europe, la politique du logement ou le service public ont été évoquées, tout comme l’organisation d’une économie de l’avenir. Le point d’orgue de cette édition fut l’intervention du président du CICR, Peter Maurer.

Ce dernier a apporté son regard sur les causes et les conséquences des questions migratoires actuelles. La nécessité d’une action globale a également été abordée. Une occasion pour le PS de rappeler qu’une politique helvético-centrée en matière de politique d’asile n’était que de l’intox.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes