Les Verts prêts à lutter contre l'achat de nouveaux avions

Les Verts sont prêts à soutenir le référendum contre l'acquisition de nouveaux avions de combat ...
Les Verts prêts à lutter contre l'achat de nouveaux avions

Les Verts prêts à lutter contre l'achat de nouveaux avions

Photo: KEYSTONE/WALTER BIERI

Les Verts sont prêts à soutenir le référendum contre l'acquisition de nouveaux avions de combat, dès que le Parlement aura pris une décision. De plus, ils veulent en finir avec 'une concurrence fiscale néfaste'.

Réunis samedi à Winterthour (ZH), les délégués ont soutenu à l'unanimité la proposition de la direction de lancer un référendum contre l'acquisition de nouveaux avions de combat.

Les Verts mèneront cette bataille en collaboration avec le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) et d'autres forces 'à condition que le projet adopté par les Chambres fédérales le permette', a fait savoir le parti dans un communiqué. Les Verts s'opposent à l'achat de nouveaux avions 'pour des raisons à la fois pacifiques, démocratiques et financières'.

La 'concurrence fiscale malsaine' constitue un autre cheval de bataille des écologistes. Ils ont adopté leur position de principe sur le Projet fiscal 17, qui comprend trois revendications principales.

Premièrement, l'imposition basée sur la capacité économique doit servir de principe directeur. Deuxièmement, les Verts demandent que la lutte contre la fraude et l'optimisation fiscales soit intensifiée à l'échelle mondiale.

Finalement, l'équité fiscale doit aussi s'appliquer à l'ère de l'économie numérique. Pour les Verts, cela passe notamment par un impôt sur les transactions financières et une imposition du bénéfice des cyber-multinationales sur la base du travail effectué ou du chiffre d'affaires à l'endroit où la valeur a été créée.

Les délégués écologistes se sont également prononcés à l'unanimité en faveur de l'initiative 'Pour des soins infirmiers forts'. Le parti avait déjà adopté en octobre ses recommandations de vote pour le 4 mars prochain: non à l'initiative 'No-Billag' et oui au nouveau régime financier 2021.

/ATS
 

Actualités suivantes