Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes

Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes, estime le président de la Conférence ...
Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes

Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Les cantons doivent renouer le dialogue avec les jeunes, estime le président de la Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP). Ils ont leur mot à dire dans la crise du Covid.

'On n'a jusqu'à présent pas parlé avec les jeunes', a reconnu Fredy Fässler, conseiller d'Etat saint-gallois (PS) en charge de la police, dans une interview à l'émission 'Samstagrundschau' de la radio SRF. Il est d'avis qu'ils devraient être à l'avenir davantage impliqués dans la recherche de solutions.

Les affrontements à St-Gall durant le week-end pascal ont marqué les esprits. La police n'a pas pour tâche de régler les problèmes sociétaux; elle est là pour assurer la paix et l'ordre, a souligné le responsable. Pour lui, il faut étudier avec les jeunes comment il est possible de surmonter les deux-trois mois à venir pour maintenir le taux d'infection sous contrôle.

Règles spéciales?

Quant à savoir comment, la question est ouverte. Il n'exclut pas des règles spéciales pour les jeunes dans le respect des prescriptions en vigueur. 'Les jeunes ont des envies différentes des personnes de 50 ans, ils veulent se rencontrer et s'amuser', note M. Fässler.

Il s'agit pour tous ceux qui sont impliqués avec les jeunes de trouver des solutions créatives qui aillent dans le sens de ce qu'ils demandent. Le Conseil fédéral est aussi appelé à agir en conséquence.

Avec tout le monde, selon Karin Keller-Sutter

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a déclaré samedi sur les ondes de la SRF que le gouvernement cherchait le dialogue avec tout le monde, y compris les jeunes. 'C'est important', selon elle.

Fredy Fässler a lui souligné l'importance de consulter les cantons, comme la loi sur les épidémies le prévoit en cas de situation particulière. L'avis de ceux-ci n'a pas toujours été écouté, estime-t-il.

/ATS
 

Actualités suivantes