Les détectives devraient pouvoir pister des fraudeurs sociaux

Des détectives devraient à nouveau pouvoir surveiller d'éventuels fraudeurs aux assurances ...
Les détectives devraient pouvoir pister des fraudeurs sociaux

Les détectives devraient pouvoir pister des fraudeurs sociaux

Photo: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Des détectives devraient à nouveau pouvoir surveiller d'éventuels fraudeurs aux assurances sociales. Le Conseil des Etats a adopté jeudi par 32 voix contre 8 un projet de base légale. Le National doit encore se prononcer.

La nécessité de légiférer n'était pas contestée. 'Il en va de millions de francs détournés. Les observations sont décisives pour la récupération de l’argent du contribuable. Il faut donner aux assureurs le moyen de le faire afin de protéger les assurés honnêtes', a plaidé Alex Kuprecht (UDC/SZ).

Pour Hans Stöckli (PS/BE), ce n'est pas une raison pour dépasser les bornes. Un tiers des surveillances menées jusqu'ici l'ont été à tort. Il faut respecter l'Etat de droit et prévoir des garde-fous. Une proposition de renvoi en commission déposée par Raphaël Comte (PLR/NE) a toutefois échoué par 23 voix contre 15.

Pister au GPS

Le projet élargit les possibilités de surveillance. Outre les enregistrements visuels, il permet les enregistrements sonores et le recours à des instruments techniques permettant de localiser l’assuré, comme les GPS.

L'idée du PS d'en rester aux enregistrements visuels pour éviter que toutes les conversations menées dans une maison puissent être écoutées grâce à la pose de micros directionnels n'a même pas convaincu tout le parti. Le Conseil fédéral s'est opposé uniquement à l'utilisation d'instruments techniques pour pister l'assuré.

Cela irait au-delà de ce que prévoit la procédure pénale dans d'autres cas. On ne sait pas non plus si cela concernerait uniquement des trackeurs GPS ou si cela permettrait le détournement du système GPS de la voiture, a fait valoir le conseiller fédéral Alain Berset. Il a été désavoué par 29 voix contre 13.

La gauche voulait protéger l'atteinte à la vie privée en stipulant que l'assureur doit obtenir l'autorisation d'un juge du tribunal cantonal des assurances. Les sénateurs ont préféré soutenir par 32 voix contre 10 un compromis d'Andrea Caroni (PLR/AR).

Il faudra l'aval d'un juge seulement en cas de recours à des instruments techniques de localisation de l'assuré. Le flou autour de ces moyens et l'ampleur de l'atteinte à la vie privée le justifient, ont soutenu Pirmin Bischof (PDC/SO) et le Conseil fédéral. Pour les autres cas, la surveillance sera ordonnée par une personne de la direction de l'assurance.

Détectives dans la rue

La gauche a fait chou blanc pour limiter la possibilité d'observer un assuré aux lieux librement accessibles. La personne pourra aussi être surveillée s'il se trouve dans un lieu visible depuis un lieu librement accessible. En clair, elle pourra être observée de la route dans son jardin ou son garage, mais pas chez elle à travers la vitre, a illustré Konrad Graber (PDC/LU).

Pour Hans Stöckli (PS/BE), pas question d'aller au-delà de ce que prévoit le droit pénal qui limite l'observation aux lieux publics. Le projet correspond à la pratique actuelle, ont répliqué plusieurs orateurs avec succès.

Délais

Le Conseil fédéral a eu gain de cause sur les délais. L'observation pourra être menée durant au plus 30 jours sur une période de six mois. Si des motifs suffisants le justifient, cette période pourra être prolongée de six mois au maximum, mais sans augmentation du nombre total de jours d'observation.

Si le matériel d'observation ne permet pas de confirmer des soupçons d'abus, l'assureur devra notifier l'observation et détruire le matériel recueilli. L'assuré pourra toutefois l'empêcher par une demande expresse de conservation dans son dossier. Le gouvernement réglera la procédure d'accès au matériel et les modalités de conservation.

Critique de Strasbourg

La Cour européenne des droits de l'homme a tapé l'an dernier sur les doigts de la Suisse en donnant raison à une Zurichoise espionnée par des détectives engagés par son assurance. Les bases légales ont été jugées trop vagues pour une surveillance qui enfreint le droit au respect de la vie privée et familiale.

La caisse nationale d'assurance accidents et les offices d'assurance invalidité ont suspendu leur recours aux détectives privés, le temps que le Parlement légifère.

/ATS
 

Actualités suivantes