Les jeunes moins souvent pincés sur les routes que leurs aînés

Les moins de 18 ans sont passés moins souvent devant le juge en 2014. La consommation de drogue ...
Les jeunes moins souvent pincés sur les routes que leurs aînés

Les jeunes moins souvent pincés sur les routes que leurs aînés

Photo: Keystone

Les moins de 18 ans sont passés moins souvent devant le juge en 2014. La consommation de drogue reste l'infraction pour laquelle ils sont le plus souvent condamnés. Davantage d'adolescents qui trafiquent des produits stupéfiants ont aussi été attrapés.

Avec un peu plus de 12'800 jugements (-4% par rapport à l'année précédente), la tendance à la baisse des jugements pénaux de mineurs s'est poursuivie en 2014, a indiqué l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué mardi. Les condamnations des moins de 18 ans avaient atteint un pic en 2010 avec près de 15'700 jugements avant de diminuer depuis lors, a précisé à l'ats Christophe Maillard de l'OFS.

Les paradis artificiels ont toujours la cote. La consommation de stupéfiants continue de représenter l'infraction pour laquelle les jeunes sont de loin le plus souvent condamnés. Quelque 4900 jugements ont été prononcés (-1% par rapport à 2013).

Le trafic de stupéfiants progresse lui chez les jeunes. Près de 850 d'entre eux ont été jugés pour ce délit, soit 21% de plus qu'en 2013. La hausse est particulièrement marquée chez les 14-15 ans où elle atteint 36%.

Le nombre de condamnations d'adultes pour trafic de stupéfiants n'a lui progressé que légèrement par rapport à l'année précédente. Elle a atteint un peu plus de 6500 condamnations (+2%).

Route: les 18 à 24 ans plus raisonnables que leurs aînés

Chez les adultes, le nombre des condamnations pour infraction à la loi sur la circulation routière a atteint son plus haut niveau avec près de 58'300 jugements (+6%). Cette évolution est due principalement à des violations graves des règles de la circulation routière, qui ont entraîné près de 24'200 condamnations (+8%).

Parmi les femmes condamnées, la hausse atteint 13%, une progression plus marquée que chez les hommes. Mais les femmes sont toujours minoritaires (16%) parmi les personnes condamnées en vertu de la loi sur la circulation routière.

Les jeunes gens semblent mieux maîtriser les codes de la route que leurs aînés. L'OFSP observe un recul des jugements de jeunes adultes pour presque toutes les infractions à la loi sur la circulation routière. Ce recul atteint -6% chez les 18-19 ans et -1% chez les 20 à 24 ans.

Moins d'alcool au volant, mais plus de drogue

Le nombre de personnes condamnées, tous âges confondus, pour avoir conduit alors qu'elles se trouvaient dans l'incapacité de le faire a diminué. Les jugements pour conduite en état d'ébriété avec un taux d'alcool qualifié (0,8‰ ou plus) ont même reculé de 8%.

Mais ce recul est annulé en grande partie par la hausse de 18% des condamnations de personnes qui conduisaient sous l'emprise de d'autres substances comme des stupéfiants ou des médicaments.

Stabilité chez les plus vieux

Le nombre des condamnations pénales d'adultes s'est maintenu à son niveau le plus haut, avec un peu plus de 110'100 condamnations. Le recul des condamnations d'adultes pour infraction au Code pénal (-7%) a été annulé par la hausse des condamnations pour infraction à la loi sur la circulation routière (+6%) ou à la loi sur les stupéfiants (+2%).

Globalement, le nombre des jugements de mineurs pour infraction au Code pénal, environ 6600, a diminué de 6% l'an dernier. Cette baisse concerne aussi bien les nombreuses infractions contre le patrimoine (-7%) que les infractions, plus rares, de violence (-16%).

Comme chez les mineurs, le nombre de jugements pour infraction au Code pénal a également baissé chez les adultes en 2014 (-7%). Près de 36'600 adultes ont été condamnés au total.

Le vol: plus de la moitié des jugements chez les adultes

Ce recul est dû dans une large mesure à l'évolution des condamnations pour infraction contre le patrimoine (principalement pour vol), qui représentent plus de la moitié des jugements pénaux d'adultes. Les condamnations pour vol étaient en baisse de 14% en 2014, après avoir augmenté de 73% au total pendant les cinq années précédentes.

Cette hausse et le recul de l'an dernier sont imputables en grande partie aux condamnations concernant des personnes qui n'étaient pas domiciliées durablement en Suisse (hausse de +173% entre 2008 et 2013, baisse de -15% entre 2013 et 2014).

/ATS


Actualisé le