Les membres de l'UDC appelés à défendre la démocratie directe

Le conseiller fédéral Ueli Maurer ainsi que ses collègues de parti Christoph Blocher et Adrian ...
Les membres de l'UDC appelés à défendre la démocratie directe

Les membres de l'UDC appelés à défendre la démocratie directe

Photo: KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

Le conseiller fédéral Ueli Maurer ainsi que ses collègues de parti Christoph Blocher et Adrian Amstutz ont appelé les membres de l'UDC à défendre la démocratie directe. Devant les délégués, ils ont mis en garde contre son 'abolition programmée' par les autorités.

Face à l'assemblée de l'UDC réunie samedi à Klosters (GR), Ueli Maurer a vanté les mérites de la démocratie directe, 'garante de l'indépendance, de la sécurité, de la prospérité et de la stabilité de la Suisse'. IL faut donc la défendre et en prendre soin. 'Sans démocratie directe, la Suisse serait aujourd'hui membre de l'Union européenne', a déclaré le ministre des finances.

'Coup d'Etat' des autorités

Chef de la campagne électorale pour les Fédérales d'octobre 2019, Adrian Amstutz s'en est pris à la majorité du gouvernement, au Parlement et au Tribunal fédéral, qui placent le droit international au-dessus du droit suisse. Il leur reproche de ne pas appliquer les initiatives de l'UDC sur l'immigration et sur le renvoi des criminels étrangers, adoptées par le peuple suisse.

Evoquant un 'coup d'Etat sournois visant à écarter le peuple du pouvoir', il a appelé la base de l'UDC à se mobiliser en vue des élections fédérales d'octobre 2019 pour battre les autres partis politiques. Le conseiller national bernois a accusé le centre et la gauche d'être des 'violeurs de la Constitution fédérale (...) aidés par les médias'.

Blocher: 'ouvrir les yeux au peuple'

Adrian Amstutz succédait à la tribune à celui dont il brigue samedi le poste de responsable de la stratégie du parti: Christoph Blocher. Ce dernier se retire en tant que membre de la direction du parti. L'ancien conseiller fédéral a lui aussi dénoncé un 'coup d'Etat' et un 'démontage de la démocratie directe' qui doit inciter l'UDC à 'ouvrir les yeux au peuple suisse.'

Citant également l'exemple de la mise en oeuvre de l'initiative 'contre l'immigration de masse', le Zurichois a accusé les autorités et les adversaires de l'UDC de vouloir 'abolir la démocratie directe'. 'Que nous sert la démocratie si, à Berne, on n'applique pas ce que nous décidons en votation populaire!', s'est-il exclamé en qualifiant la 'classe politique' de 'syndicat de filous'.

Faisant allusion au 'non' des Suisses à l'Espace économique européen (EEE) en 1992, Christoph Blocher a souligné que les élections fédérales de l'an prochain devront servir à 'sauver le droit de vote des citoyens'.

/ATS
 

Actualités suivantes