Levrat s'insurge que Maurer défende les activités offshore

Le président du parti socialiste Christian Levrat s'insurge contre les propos du conseiller ...
Levrat s'insurge que Maurer défende les activités offshore

Levrat s'insurge que Maurer défende les activités offshore

Photo: Keystone

Le président du parti socialiste Christian Levrat s'insurge contre les propos du conseiller fédéral Ueli Maurer, qui soutient les activités offshore des riches. Qu'un ministre des finances tienne de tels propos est inacceptable et 'une effronterie', tonne M. Levrat.

Pour le conseiller aux Etats fribourgeois, les activités offshore légales sont, en fait, utilisées illégalement 'dans plus de 90%' des cas. 'Qu'un ministre des finances banalise l'évasion fiscale via des comptes offshore, est préjudiciable pour la Suisse', déclare Christian Levrat dans un entretien diffusé samedi par le journal alémanique Blick.

'Si les super-riches peuvent cacher des milliards aux autorités fiscales par de telles constructions, nous payons tous la facture', note-t-il. Les déclarations de M. Maurer sont 'une gifle pour tous les contribuables simples et honnêtes', qui sont 'les dindons de la farce'. M. Levrat est convaincu qu'elles auront des répercussions sur la morale fiscale et la réputation de la Suisse.

Prévenir les fraudes fiscales

Le président du PS ne veut pas prendre position sur le maintien ou non d'Ueli Maurer au poste de ministre des finances. Mais la mission du conseiller fédéral UDC zurichois 'est de prévenir toute fraude fiscale et toute soustraction d'impôt, et non pas de chanter les louanges de la criminalité fiscale', poursuit M. Levrat.

S'il n'est pas en mesure de respecter les lois fiscales, le dossier peut être transféré au Département fédéral de la justice, dirigé par la socialiste Simonetta Sommaruga, ajoute le Fribourgeois.

M. Maurer avait défendu dans une interview vendredi la possibilité pour les contribuables aisés d'investir dans des activités offshore. Il avait mis en garde contre les appels à de nouvelles lois. La masse de règlements est 'définitivement' suffisante en Suisse, avait-il martelé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus