Libération des deux Syriens arrêtés en décembre à Genève

Les deux Syriens arrêtés à Genève en décembre dernier après une alerte terroriste ont été libérés ...
Libération des deux Syriens arrêtés en décembre à Genève

Libération des deux Syriens arrêtés en décembre à Genève

Photo: Keystone

Les deux Syriens arrêtés à Genève en décembre dernier après une alerte terroriste ont été libérés. Ils étaient soupçonnés de transporter des explosifs. Ce soupçon ne s'est pas confirmé, indique samedi le Ministère public de la Confédération (MPC).

Les deux personnes se trouvaient en détention préventive depuis le 11 décembre 2015. Le Tribunal des mesures de contrainte de Genève avait entretemps prolongé de trois mois cette détention sur requête du MPC.

Le MPC les soupçonnait 'de fabriquer, dissimuler et transporter des explosifs ou des gaz toxiques' dans un but délictueux. Il invoquait aussi une éventuelle violation de la loi fédérale interdisant les groupes Al-Qaïda et Etat islamique.

Un Syrien a déjà quitté la Suisse

Sur la base des investigations auxquelles le MPC a procédé en collaboration étroite avec la police fédérale (fedpol) et les autorités genevoises, il s'est avéré que les soupçons initiaux ne se sont pas confirmés, précise le communiqué du MPC. Le Ministère public a reçu l'entraide judiciaire de la France et de l'Espagne.

Les deux personnes ont dès lors été libérées. L'une qui ne disposait pas de papiers d'identité valable a été placée en détention en vue de son expulsion. L'autre a déjà quitté la Suisse.

Le MPC ne donne en l'état aucun autre détail, ni sur la date exacte de la libération des deux Syriens ni sur les traces d'explosif que la police aurait découvertes dans le coffre de la voiture.

Une autre procédure pénale menée par le Ministère public de la Confédération ouverte le 10 décembre est toujours en cours. Elle est aussi liée à l'alerte terroriste.

Contrôle routier

Les deux hommes avaient été arrêtés lors d'un banal contrôle routier dans la région de Genève. La justice genevoise avait ouvert une enquête, reprise le lendemain par le MPC, en raison du soupçon d'acte terroriste. Ces arrestations avaient eu lieu peu après le relèvement du niveau de vigilance dans la région du bout du lac le 10 décembre.

La Confédération avait été informée d'une menace terroriste à Genève par un service de renseignement étranger. L'alerte intervenait à peine un mois après les attentats de Paris. Elle a finalement été abaissée d'un cran le 28 décembre.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes