Nouvelles salles de simulation médicale à Nottwil (LU)

Les deux salles de simulation médicale les plus modernes de Suisse ont été inaugurées mardi ...
Nouvelles salles de simulation médicale à Nottwil (LU)

Nouvelles salles de simulation médicale à Nottwil (LU)

Photo: Fondation suisse pour paraplégiques

Les deux salles de simulation médicale les plus modernes de Suisse ont été inaugurées mardi à Nottwil (LU). Elles permettent au personnel hospitalier de tout le pays de s'entraîner à des situations de crise dans des conditions proches de la réalité.

Les salles ont été installées par l'Institut suisse de médecine d'urgence (Sirmed) sur le site de la Fondation suisse pour paraplégiques à Nottwil. Elles disposent de toutes les techniques de pointe et des appareils les plus récents.

Arrêt cardiaque en pleine opération, coupure d'électricité pendant une intervention chirurgicale, prise en charge d'un patient gravement blessé: les nouvelles installations permettent de nombreuses simulations de situations d'urgence.

Sueur, sang, respiration et parole

Les praticiens s'entraînent sur des mannequins qui suent, respirent, saignent, parlent, tandis que leurs pupilles réagissent aux stimuli lumineux. Le formateur, dans une salle adjacente, surveille le personnel médical derrière une vitre-miroir et commande le scénario pendant les exercices de simulation.

Il peut déclencher des complications par simple clic et ainsi provoquer des réactions allergiques ou les symptômes d'une crise cardiaque. Les praticiens doivent alors réagir en conséquence.

Les experts de Sirmed forment aussi les futurs secouristes. Le SimCenter de l'institut possède des fac-similés d'un hélicoptère et d'une ambulance afin de simuler toute la chaîne de sauvetage, des lieux de l'accident jusqu'à la salle d'opération. Un véhicule de tourisme permet de s'entraîner à la prise en charge médicale après un accident de la circulation.

Coordination et communication

Tous les exercices sont enregistrés par des caméras fixes, puis analysés avec les participants. Les causes d'erreurs ont souvent pour origine un manque de coordination, de collaboration et de communication, explique Sirmed.

Il existe une demi-douzaine de centres de simulation en Suisse. Ils appartiennent presque tous aux grands hôpitaux et sont destinés à la formation de leur propre personnel. Tous les hôpitaux n'ont pas les moyens de s'offrir une telle infrastructure, souligne Helge Regener, directeur de Sirmed. Les hôpitaux de petite et moyenne taille peuvent désormais organiser des cours de simulation à Nottwil.

/ATS