Peines réduites en appel pour les patrons d'ASE Investment

La justice argovienne allège les peines des patrons d'ASE Investment dans l'une des plus grosses ...
Peines réduites en appel pour les patrons d'ASE Investment

Peines réduites en appel pour les patrons d'ASE Investment

Photo: KEYSTONE/WALTER BIERI

La justice argovienne allège les peines des patrons d'ASE Investment dans l'une des plus grosses affaires suisses d'escroquerie de la décennie. En appel, le directeur écope de sept ans de prison et le président de deux ans et quatre mois avec sursis partiel.

ASE Investment, société installée à Frick (AG) avec siège à Engelberg (OW), proposait notamment des produits dans le commerce de devises, promettant d'importants bénéfices à ses clients. La société a été active de 2006 à 2012.

Montant du délit: 170 millions

ASE a simulé des gains et dissimulé des pertes dès 2006. L'ancien directeur a échafaudé un 'édifice de mensonges' si élaboré qu'il était impossible aux clients de se rendre compte de l'escroquerie, selon l'acte d'accusation. Le Ministère public a identifié 2500 victimes, dont 639 se sont porté partie civile.

Le montant total du délit atteint les 170 millions de francs. Il s'agit de la plus grosse affaire de criminalité économique du canton d'Argovie.

Pas d'acquittement pour le président

Devant la Cour suprême argovienne, l'avocat du président du conseil d'administration de l'ex-entreprise avait demandé en vain l'acquittement de son client. Il s'agissait là du principal enjeu de ce procès en appel.

Les juges cantonaux ont finalement réduit sa peine de cinq ans à deux ans et quatre mois avec sursis partiel. Dans leur jugement rendu vendredi, ils ont reconnu le Suisse de 46 ans coupable de gestion déloyale et de blanchiment d'argent.

En première instance, le Tribunal de district de Laufenburg (AG) l'avait aussi reconnu coupable de gestion fautive. Ce chef d'accusation n'a pas été retenu en appel.

Durant le procès de seconde instance, le président du conseil d'administration avait déclaré n'avoir été au courant ni des comptes secrets ni du système d'escroquerie dit de la 'boule de neige', mis en place par le directeur. Les juges n'ont pas cru à sa version des faits.

Le directeur a bientôt purgé sa peine

Comme en première instance, ils ont vu, en revanche, dans le directeur de l'ex-société d'investissement, âgé de 52 ans, le principal coupable de l'affaire. Ils ont toutefois ramené sa peine de neuf à sept ans de prison. Incarcéré depuis 2012, il pourrait donc bientôt recouvrer la liberté.

La Cour a reconnu le Suisse coupable d'escroquerie par métier et gestion déloyale multiple par métier. Elle n'a pas retenu le chef d'accusation de blanchiment d'argent, comme les avocats des victimes l'exigeaient.

Un troisième accusé avait été condamné en première instance à 18 mois de prison avec sursis pour gestion déloyale. Il s'agit de l'ancien conseiller à la clientèle d'ASE à la Banque cantonale de Bâle-Ville. Il avait accepté sa sanction.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus