Père accusé d'inceste et de tentative de meurtre sur sa fille

Un Allemand de 56 ans accusé d'inceste et de tentative de meurtre sur sa fille comparaît depuis ...
Père accusé d'inceste et de tentative de meurtre sur sa fille

Père accusé d'inceste et de tentative d'assassinat sur sa fille

Photo: KEYSTONE/ENNIO LEANZA

Un Allemand de 56 ans accusé d'inceste et de tentative d'assassinat sur sa fille a comparu jeudi devant le tribunal pénal de Schwyz. La procureure a requis 13 ans de prison. Le jugement sera rendu dans quelques jours.

L'homme est accusé d'avoir poignardé sa fille à trois reprises avec un couteau de boucherie. Les faits se sont produits le 18 août 2020 peu après minuit dans leur maison à Sattel (SZ). La victime était alors âgée de 28 ans.

Selon la procureure, le prévenu a d'abord poignardé sa fille dans le dos alors qu'elle était couchée. Une bagarre s'en est suivie et il a donné deux autres coups de couteau. La femme a été touchée au poumon et au ventre.

L'accusé a agi de manière impitoyable. L'acte fait penser à 'une sorte de règlement de comptes'. Il lui a dit qu'elle devait mourir. Elle n'a survécu que grâce à l'arrivée de la police qui avait été prévenue par une voisine alertée par les cris, a déclaré la procureure.

Jalousie, haine et vengeance

Le prévenu entretenait une relation incestueuse avec sa fille. De cette relation est né un enfant en 2014. Il est handicapé. L'homme aurait agi par jalousie, par haine et par vengeance, car sa fille aspirait à une relation ouverte et voulait monter une affaire de services sexuels pour des hommes bien nantis, selon la procureure. Elle a requis 13 ans de prison et 15 ans d'expulsion du territoire suisse.

Au début du procès, l'avocat de la défense a annoncé que son client ferait usage de son droit de garder le silence. Aux questions du juge sur les faits, l'homme a répondu à plusieurs reprises: 'Je ne fais pas de déclaration à ce sujet'.

A la fin de l'audience, il a déclaré regretter chaque jour ce qui s'est passé. Il a dit qu'il souhaite 'du fond du coeur' s'excuser auprès de sa fille. L'avocat de la défense estime qu'il y a un vice de procédure, car la victime n'a pas été convoquée au procès. Pour lui, les déclarations de la fille de son client lors des interrogatoires sont 'largement douteuses'.

Pour la défense, le Ministère public s'est basé sur le récit de la jeune femme sans faire preuve d'esprit critique. La relation incestueuse entre le prévenu et sa fille était rompue depuis longtemps et les messages envoyés par la victime au prévenu montrent qu'elle ne considérait son père que comme une nuisance.

Une 'relation fatale'

'Rien n'arrive sans raison', selon l'avocat qui a évoqué une 'relation fatale'. Il a dressé le portrait d'un père soumis et d'une fille dominatrice et manipulatrice. Peu avant le crime, ils se sont disputés par messages interposés. La fille reprochait à son père d'être son proxénète, ce qui a provoqué chez lui une colère noire.

De ce fait, le prévenu n'était plus que partiellement en mesure de contrôler ses actes. Il s'agit d'une tentative de meurtre. L'avocat a aussi mis en doute le déroulement des faits tel que la victime les a présentés, car il y a des contradictions. Pour l'inceste et la tentative de meurtre, il a plaidé pour une peine de cinq ans de prison.

/ATS
 

Actualités suivantes