« Petit internement » pour un jeune détenu particulièrement médiatisé

Le plus médiatisé des jeunes délinquants alémaniques est envoyé en thérapie stationnaire fermée ...
« Petit internement » pour un jeune détenu particulièrement médiatisé

Le plus médiatisé des jeunes délinquants alémaniques est envoyé en thérapie stationnaire fermée. La justice zurichoise reconnaît le récidiviste coupable notamment de tentative de lésion corporelle grave pour avoir tabassé un gardien de prison.

Réuni à Zurich, le Tribunal de district de Dielsdorf a condamné mercredi le jeune homme de 24 ans à quatre ans et neuf mois de prison. La peine est commuée en thérapie stationnaire en milieu fermé, également appelée 'petit internement'. Le délinquant ne peut ainsi être remis en liberté que lorsqu'il ne représentera plus un danger pour la société. Son cas est réétudié tous les cinq ans.

La Cour s'est prononcée pour cette voie, l'expertise psychiatrique affirmant qu'un succès d'une telle mesure sur le jeune homme ne pouvait pas être exclu, même si ses chances sont faibles. 'Il faudra des solutions créatives et de la persévérance', a souligné son président du tribunal sans trop d'optimisme pour autant.

Détention de sûreté en attendant

Dans le pénitencier de Pöschwies, à Regensdorf (ZH), le jeune détenu a passé à tabac un gardien de prison et agressé d'autres employés des lieux, des policiers et des détenus. Il a aussi saccagé du mobilier pour un montant de 40'000 francs. La Cour l'a reconnu coupable de tentative de lésions corporelles graves, de violences et de menaces contre des représentants de l'Etat, ainsi que de dommages à la propriété.

Le procès du récidiviste s'est déroulé en son absence. Il a refusé de s'y rendre. Le jugement n'entrant pas encore en force, l'accusé doit être placé en détention de sûreté en attendant.

Médiatisation fatale

Ce jeune délinquant s'est fait connaître du grand public en août 2013 sous le pseudonyme 'Carlos' à l'occasion de la diffusion d'un reportage de la télévision alémanique SRF en août 2013. L'émission avait dévoilé que l'encadrement spécial mis en place pour lui coûtait 29'000 francs par mois à l'Etat. Alors âgé de 17 ans, il avait déjà purgé sa peine, infligée par la justice des mineurs pour des faits de violence.

Le tollé suscité par les coûts engendrés avait entraîné l'abandon de ces mesures de réinsertion. Le jeune homme a alors été placé en détention de sûreté afin de le protéger contre lui-même et le monde extérieur. En février 2014, le Tribunal fédéral estimait cette détention injustifiée et ordonnait sa libération.

Rechutes

Huit mois plus tard, alors âgé de 19 ans, il se retrouvait derrière les barreaux après une bagarre et des menaces proférées contre des policiers. Il a été placé à nouveau en détention de sûreté jusqu'en avril 2015.

En mars 2016, il frappe au visage une connaissance en descendant d'un tram. La victime a eu la mâchoire brisée. En avril 2017, le récidiviste est condamné à 18 mois de prison.

Détenu au pénitencier de Pöschwies, le délinquant séjourne longtemps en isolement dans une cellule rose. Ses conditions de détention ont été dénoncées par son avocat. En juillet 2017, une enquête administrative a révélé que le jeune homme, alors âgé de 21 ans, était traité de manière parfois discriminatoire et humiliante, mais sans violer les conventions.

/ATS