Pierre Maudet perd son département, soumis à un audit

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet perd provisoirement son Département du développement ...
Pierre Maudet perd son département, soumis à un audit

Pierre Maudet n'a plus de collaborateurs sous ses ordres

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le conseiller d'Etat genevois Pierre Maudet perd provisoirement son Département du développement économique (DDE). Un rapport intermédiaire 'alarmant' sur la gestion du personnel au DDE met en avant la grande souffrance de certains collaborateurs.

Cette mesure urgente a été prise pour protéger la santé psychique et physique de ces personnes, a indiqué mercredi devant les médias la présidente du gouvernement genevois Anne Emery-Torracinta. La magistrate a même évoqué le risque d'une issue fatale pour certains de ces employés et employées de l'Etat.

Les 35 personnes du DDE se trouvent désormais sous la responsabilité de la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet, responsable des finances du canton. Ce transfert demeure pour l'instant provisoire dans l'attente du rapport final. L'experte externe qui a été mandatée par le canton doit rendre son travail d'ici deux à trois semaines.

Un taux d'absentéisme très élevé, bien au-delà du seuil d'alerte de 7%, avait été constaté depuis 2019 au sein de la direction générale du développement économique, de la recherche et de l'innovation (DG-DER). Cet élément a poussé l'exécutif à commander un audit sur le fonctionnement du département dirigé par Pierre Maudet.

Urgence de la situation

L'experte a auditionné une partie du personnel. Des faits graves lui sont remontés. Face à cette situation, elle a décidé de rédiger un rapport intermédiaire au Conseil d'Etat, enjoignant aussi l'exécutif à prendre des mesures pour protéger la santé des collaborateurs, a fait savoir Mme Emery-Torracinta.

D'autres audits sur la gestion des ressources humaines ont déjà été menés au sein de l'Etat. La plupart du temps, ils visaient un chef de service, le comportement d'un cadre. Le cas présent est complètement différent. C'est le conseiller d'Etat Pierre Maudet en personne qui est mis en cause par les collaborateurs.

Leur souffrance est telle que nous avons dû prendre des mesures, a souligné la présidente du gouvernement. M. Maudet a reçu l'experte, mais n'a pas été entendu par celle-ci, car ce n'est pas son rôle, a expliqué Mme Emery-Torracinta. Le magistrat pourra se défendre devant le Conseil d'Etat une fois rendu le rapport définitif.

Pierre Maudet avait déjà vu son département se réduire comme peau de chagrin depuis 2018 à cause de ses démêlés avec la justice genevoise à la suite d'un voyage à Abou Dhabi, en 2015, tous frais payés, en compagnie de ses proches. Aujourd'hui, le conseiller d'Etat se retrouve sans collaborateur sous ses ordres.

Une cabale

Mercredi, devant les médias, Pierre Maudet a dit qu'il s'exprimerait jeudi sur les implications de ce transfert de département. Il a néanmoins tenu à préciser qu'il trouvait ' injustifiée et prématurée' la décision prise à son égard par ses collègues du gouvernement. A ses yeux, elle peut apparaître comme une 'cabale'.

Lors de la conférence de presse, la question d'une démission a été posée à Pierre Maudet. Pour le conseiller d'Etat, il s'agit de problèmes institutionnels qu'il évoquera en temps voulu. Le magistrat s'est engagé à ne plus avoir de contact avec ses collaborateurs jusqu'à la parution de l'audit final.

Mme Fontanet a promis, de son côté, de tout faire pour assurer un suivi des projets du DDE, un département très sollicité actuellement. Les entreprises et le monde doivent faire face aux aléas et aux incertitudes causés par la pandémie de Covid-19. 'Je vais augmenter mes horaires de travail', a-t-elle indiqué.

/ATS
 

Actualités suivantes