Près de deux tiers des Suisses utilisent plus d'une langue

La réputation polyglotte des Suisses n'est pas un mythe. Près de deux tiers (64%) de la population ...
Près de deux tiers des Suisses utilisent plus d'une langue

Près de deux tiers des Suisses utilisent plus d'une langue

Photo: Keystone

La réputation polyglotte des Suisses n'est pas un mythe. Près de deux tiers (64%) de la population utilisent au moins une fois par semaine plus d'une langue. Plus d'un tiers (38%) en pratique deux et un quart (26%) trois ou plus, selon une enquête de l'OFS.

Près d'un Suisse sur cinq recourt à trois langues et 7% à quatre langues ou plus au moins une fois par semaine, que ce soit pour parler, écrire, écouter la radio, regarder la TV, lire ou surfer. Le podium des langues utilisées régulièrement est formé de l'allemand, du suisse-allemand et du français. L'anglais se place en quatrième position, révèlent mercredi les résultats de l'Enquête sur la langue, la religion et la culture 2014 réalisée par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Les bénéficiaires d'une formation tertiaire, les jeunes entre 15 et 24 ans, les actifs et les 'secundos' (immigrants de 2e génération) sont proportionnellement les personnes les plus nombreuses à recourir constamment à plusieurs langues, constate l'OFS. Seul un bon tiers (36%) de la population n'utilise qu'une seule langue de manière régulière.

Minorités polyglottes

Lorsque les Suisses sortent de leur région linguistique, un sur cinq vivant dans la partie alémanique utilise régulièrement la langue de Molière et un peu plus d'un sur dix (12%) celle de Dante. Ces parts sont similaires pour ceux vivant en Suisse romande concernant l'allemand (19%) et l'italien (11%). Par contre, les Romands sont plus récalcitrants à pratiquer le dialecte: seuls 6% disent recourir au suisse-allemand au moins une fois par semaine.

En tant que minorité linguistique, les Tessinois sont les champions lorsqu'il s'agit de parler fréquemment les langues nationales autres que l'italien. Plus d'un quart (28%) recourent au français, plus d'un tiers (34%) à l'allemand et plus d'un sur dix (12%) parle le suisse-allemand.

Dans la région rhéto-romane, 77% des résidents de la région utilisent les dialectes romanches. Ils sont par ailleurs une écrasante majorité (88%) à parler l'allemand et le suisse-allemand.

L'anglais roi

En tant que langue internationale, l'anglais est aussi largement utilisé en terre helvétique. En Suisse alémanique, on compte 43% d'utilisateurs réguliers, 38% en Suisse romande et 30% au Tessin. La langue de Shakespeare détrône même le français et l'italien en Suisse alémanique. Idem dans la partie romande où elle fait de l'ombre à l'allemand et à l'italien. Ce n'est que dans la région italophone que l'on recourt moins souvent à l'anglais de manière régulière que les autres langues nationales.

Toute région linguistique confondue, les plus fervents utilisateurs de l'anglais se trouvent parmi les jeunes (63%) et les personnes diplômées dans le tertiaire (62%). Son recours fréquent ne signifie toutefois pas qu'il supplante les langues nationales hors des frontières linguistiques; son utilisation peut se limiter à la lecture ou à l'écoute passive au moins une fois par semaine, comme il est souvent le cas avec Internet et la musique, et selon certaines professions, précise l'OFS.

Langues latines

Egalement langue maternelle de nombreux immigrés, l'italien est l'idiome étranger le plus répandu en Suisse. Viennent ensuite l'espagnol (6%), le portugais (5%) et les langues des pays balkaniques - le bosniaque, le croate, le monténégrin et le serbe - (3%).

Les cantons romands accueillent la plus grande part d'utilisateurs de l'espagnol, soit 8%, contre 5% au Tessin et autant en Suisse alémanique. En Suisse romande se trouvent 12% des personnes parlant régulièrement le portugais, contre respectivement 4% et 2%. En revanche, la population recourant souvent aux langues des Balkans est plus nombreuse outre Sarine et au Tessin (3%) qu'en Suisse romande (1%).

L'Enquête sur la langue, la religion et la culture fait partie du recensement fédéral de la population. Elle a été réalisée pour la première fois en 2014 et sera répétée tous les cinq ans. Près de 16'500 personnes de la population résidante permanente de 15 ans et plus ont été interrogées.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes