Procès à Renens: sept millions blanchis sur la Riviera

Un couple d’Anglais et leur conseiller financier comparaissent depuis lundi devant le Tribunal ...
Procès à Renens: sept millions blanchis sur la Riviera

Un couple d’Anglais et leur conseiller financier comparaissent depuis lundi devant le Tribunal de l’Est vaudois, qui siège à la salle cantonale de Renens. Le mari est soupçonné d'avoir blanchi environ 7 millions de francs en Suisse, essentiellement sur la Riviera.

L’homme de 63 ans a été transféré à Renens d’une prison anglaise, où il purge une peine pour une vaste escroquerie financière. Sa femme et son conseiller financier, un banquier de Zurich, se retrouvent également sur le banc des accusés.

Escroquerie de plus de 92 millions

En 2001, l’Anglais a été reconnu coupable d'une vaste fraude par la justice anglaise. Il a été condamné à une peine privative de liberté de neuf ans dans son pays pour avoir organisé un 'carrousel TVA' et pour la dissimulation de fonds illicites au détriment du Trésor public britannique. Une escroquerie de plus de 92 millions de francs suisses.

Mais en 2005, l’homme s’est enfui de la prison ouverte de Sudbury. Il s’est alors réfugié en Suisse, où il a notamment acheté un terrain et une maison à Montreux, ainsi que des voitures de luxe.

Il a finalement été extradé quatre ans plus tard au Royaume-Uni pour purger la fin de sa peine. Suite à cette affaire, une enquête a été ouverte dans le canton de Vaud. Ce procès, planifié sur trois jours, met un terme à neuf ans d’investigation. Le verdict devrait être rendu vendredi.

Carrousel TVA

Pour mener à bien son arnaque, connue sous le nom de fraude carrousel TVA, l’Anglais avait acquis la maîtrise d’un véritable réseau de sociétés à travers toute l’Union européenne. Sa soi-disant activité, qui portait sur le commerce de téléphones portables, lui permettait de réaliser des opérations fictives de revente à perte pour se faire rembourser les trop-perçus de TVA.

Il a également participé à l’enlèvement d’un ancien complice pour obtenir des informations sur d’éventuels avoirs que ce dernier était susceptible de détenir. Il avait exigé une rançon pour libérer sa victime.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus