Rappel des privilèges de la démocratie directe à Glaris

La Landsgemeinde de Glaris a commencé dimanche matin ses délibérations sur la place du chef-lieu ...
Rappel des privilèges de la démocratie directe à Glaris

Rappel des privilèges de la démocratie directe à Glaris

Photo: KEYSTONE/WALTER BIERI

La Landsgemeinde de Glaris a délibéré dimanche sur la place du chef-lieu. Le Landammann, chef de l'exécutif cantonal, Benjamin Mühlemann, a rappelé en ouverture les privilèges qu'apporte la démocratie directe en ces temps de crise.

Pandémie de coronavirus, crise énergétique, débâcle de Credit Suisse et surtout guerre en Ukraine: l'élu PLR a appelé les citoyens de Glaris présents à se battre ensemble pour la liberté et la sécurité dans le pays.

Le privilège de pratiquer ici la 'forme la plus directe de la démocratie' est perceptible comme rarement ailleurs, a t-il souligné devant la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider venue en invitée d'honneur cette année.

La cheffe du Département fédéral de justice et police a publié quelques photos sur Twitter, affirmant que c'était un 'honneur' d'assister aux débats et aux votes aux côtés des citoyennes et citoyens glaronnais - les 'Mitlandlüüt'.

Pas de contrainte

La Landsgemeinde est l'organe législatif suprême du canton. Elle a traditionnellement lieu le premier dimanche de mai. Tous les détenteurs du droit de vote peuvent participer sur place aux décisions et déposer des propositions, un scénario qui n'est pas possible dans les urnes.

Cette année, l'assemblée des citoyens a délibéré pendant quatre heures sur une douzaine de sujets à l'ordre du jour, dont l'introduction de parlements dans les trois communes du canton, les impôts et la péréquation financière.

Visant à une meilleure participation politique des citoyennes et citoyens dans les communes, l'introduction obligatoire de parlements communaux a été rejetée. Cette proposition du PS faisait suite au constat que depuis la refonte radicale de la structure des communes il y a douze ans, réduisant leur nombre de 25 à 3, la participation aux assemblées a nettement diminué.

Pendant les 50 minutes de débats, tous les participants se sont accordés sur le fait qu'il fallait agir contre cette situation. La question du 'comment' est cependant restée en suspens. Le conseiller aux Etats Thomas Hefti (PLR) a lancé: 'Ce n'est pas parce que de nombreux citoyens renoncent à leur liberté en ne participant pas aux assemblées communales que nous devons simplement renverser ce droit.'

Le peuple a finalement suivi la proposition de l'exécutif et du législatif cantonaux de laisser la liberté aux communes de créer des parlements et de les encourager en ce sens, sans toutefois les contraindre.

Ces décisions jettent les bases de la future révision totale de la loi sur les communes.

Baisses d'impôts pour les couples mariés

Au chapitre de la péréquation financière, le souverain glaronnais a décidé d'augmenter la part allouée à Glaris Sud de deux millions à trois millions de francs. Il a également accepté d'alléger l'impôt sur le revenu des personnes mariées, une mesure qui coûtera 2,9 millions de francs au canton.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus