Reto Nause envisage d'être candidat à la présidence du PDC

Jusqu'à présent, le conseiller national zougois Gerhard Pfister est le seul candidat pour la ...
Reto Nause envisage d'être candidat à la présidence du PDC

Reto Nause envisage d'être candidat à la présidence du PDC

Photo: Keystone

Jusqu'à présent, le conseiller national zougois Gerhard Pfister est le seul candidat pour la succession de Christophe Darbellay à la présidence du PDC. Mais le Bernois Reto Nause envisage d'entrer dans la course. Le Valaisan Yannick Buttet vise la vice-présidence.

'Je suis en contact avec la commission de sélection et je mène des discussions avec mon entourage bernois', a dit à l'ats M. Nause, confirmant une information de la NZZ am Sonntag. Pour l'instant, le conseiller municipal bernois n'a ni accepté ni refusé d'être candidat. Il est en train d'évaluer la situation. Il se décidera à la fin du mois.

Reto Nause, 44 ans, est conseiller municipal à plein temps en ville de Berne, où il est en charge de la Direction de la sécurité. Il souhaite se représenter lors des élections municipales de l'automne prochain. Le politicien doit maintenant examiner en particulier comment il pourrait concilier sa fonction exécutive et la présidence du PDC.

Le Bernois est déjà au bénéfice d'une grande expérience en matière de direction d'un parti puisqu'il était secrétaire général du PDC Suisse lors de son élection à l'exécutif de la ville de Berne. En 1999, il a été responsable de la campagne électorale de l'actuelle conseillère fédérale Doris Leuthard.

Concurrence pour Gerhard Pfister

Jusqu'ici, Gerhard Pfister est le seul à avoir déclaré viser le poste de président du PDC. D'autres candidats potentiels, comme le conseiller aux Etats soleurois Pirmin Bischof et le conseiller national grison Martin Candinas, ont renoncé.

Agé de 53 ans, M. Pfister est membre de l'organe présidentiel du PDC, qui compte douze personnes. Il siège depuis 2003 au Conseil national et se situe politiquement à l'aile droite du PDC.

Cela ne plaît pas à tout le monde au sein du parti. Le conseiller national valaisan Yannick Buttet, 38 ans, qui vient d'annoncer sa candidature à la vice-présidence, se voit ouvertement comme un contrepoids à Gerhard Pfister, a-t-il dit au Matin Dimanche.

Avec le Zougois à la présidence, 'il y a un risque que le parti devienne plus centré sur Zurich et se rapproche de l'UDC', craint le Valaisan. Reto Nause a une position plus centriste.

'J'aurai du plaisir dans cette fonction, mais c'est vrai qu'au vu de mes différents engagements et de la situation au sein du PDC avec la future présidence de Gerhard Pfister, c'est d'abord pour servir les intérêts de mon parti que je me lance', déclare Yannick Buttet, qui a été interviewé avant l'annonce de M. Nause.

Le PDC doit rester au centre-droit

Le Zougois aura 'besoin à ses côtés de personnalités qui n'ont pas toujours le même avis que lui, de manière à pouvoir représenter l'ensemble du parti', souligne M. Buttet, qui projette de 'le retenir lorsqu'il risque de sortir de la ligne du PDC'. Pour le Valaisan, même avec Gerhard Pfister comme président, 'le PDC doit rester un parti de centre-droit'.

Yannick Buttet avoue aussi qu'il a certains griefs à l'encontre du Zougois. 'Ce manque de respect qu'il a montré par le passé pour les régions de montagne, qui restent des fiefs du PDC', c'est 'ce qui me déplaît le plus dans sa candidature', martèle-t-il.

Le président de Collombey-Muraz (VS) dit espérer que le Grison Martin Candinas, qui s'est désisté pour la présidence du parti, 'pourra aussi apporter cette sensibilité alpine à la vice-présidence alémanique'.

L'élection des dirigeants du parti aura lieu le 23 avril lors de l'assemblée des délégués du parti à Winterthour (ZH). Les sections cantonales ont jusqu'à la mi-février pour inscrire des prétendants auprès de la commission de sélection. Christophe Darbellay se retire après dix ans de présidence.

/ATS


Actualisé le