Revue de presse de ce dimanche 18 août 2019

Des portes de train défectueuses, des Suisses qui mènent plusieurs jobs de front et les plans ...
Revue de presse de ce dimanche 18 août 2019

Revue de presse de ce dimanche 18 août 2019

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Des portes de train défectueuses, des Suisses qui mènent plusieurs jobs de front et les plans d'Ueli Maurer pour rendre hommage au fondateur du WEF: voilà quelques-unes des nouvelles de la presse dominicale. Ces informations n'ont pas été vérifiées.

SonntagsBlick: Depuis l'accident qui a coûté la vie à un contrôleur il y a 15 jours, les CFF effectuent des contrôles spéciaux. Et jusqu'à présent, vingt portes de wagons ont présenté des systèmes de protection anti-pincement défectueux, affirme le patron de l'ex-régie fédérale. 250 voitures et des milliers de portes ont déjà été inspectées, explique Andreas Meyer dans un entretien accordé au 'SonntagsBlick'. Il en reste presque autant à vérifier, car au total 493 wagons d'un train de type VU IV, des voitures à un étage sans plancher surbaissé, sont utilisés en Suisse.

SonntagsZeitung: Le Président de la Confédération Ueli Maurer, issu des rangs de l'UDC, souhaite rendre hommage au fondateur du Forum économique mondial (WEF), l'Allemand Klaus Schwab, pour services rendus à la Suisse. Avec une cérémonie étatique. Selon la SonntagsZeitung, le ministre des Finances veut aussi lui donner la nationalité suisse via le canton des Grisons, qui accueille le WEF. Ueli Maurer a fait part de ce projet, qui se déroulerait en janvier à l'occasion du 50e anniversaire du Forum, mercredi au Conseil fédéral. Le journal alémanique n'a pas réussi à savoir pour quelle raison Klaus Schwab, qui n'a pas explicitement demandé le passeport à croix blanche, se verrait offrir la nationalité. Mais dans tous les cas, pour être conforme, une naturalisation doit être faite par le canton de résidence. Et le président du WEF est domicilié dans la commune genevoise de Cologny. Si les six autres ministres n'ont pas tous applaudi à l'idée, le parti d'Ueli Maurer critique: 'Les mérites de M. Schwab sont incontestés, mais rendre un hommage étatique à un individu, c'est 'unschweizerisch' - soit contraire aux traditions suisses'. Et nous n'avons pas non plus d'ordre de mérite, a encore déclaré au journal Albert Rösti, président de l'UDC.

Le Matin Dimanche: Pour lutter contre la hausse des coûts de la santé, certains assureurs ont décidé récemment de miser sur les pharmacies. Et les économies semblent évidentes, rapporte Le Matin Dimanche. Au contraire des médecins, les pharmacies ne sont pas rémunérées pour les consultations. Leur avantage dans ce partenariat réside dans le fait d’attirer de nouveaux clients. Le malade doit avoir un premier contact avec une pharmacie partenaire afin de déterminer s’il doit faire l’automédication ou si une consultation médicale s’impose: voilà ce que stipule le nouveau modèle alternatif d’assurance de base que Groupe Mutuel lance lundi. ÖKK, Sympany et Swica ont eux déjà fait le pas. Des exceptions sont prévues pour les urgences, les consultations gynécologiques, pédiatriques, ainsi que les maladies chroniques.

PharmaSuisse, 'se réjouit de constater que les assureurs maladie reconnaissent le rôle des pharmacies dans l’ensemble du système des soins médicaux de base'. La faîtière souligne qu'un essai pilote en la matière mené entre 2012 et 2014 a montré que 73% des cas avaient pu être résolus dans la pharmacie. Quant aux médecins, qui ont 'assez de travail', ils se disent 'contents de déléguer une partie des soins'. D’ailleurs, la révision de la loi sur les produits thérapeutiques permet aux pharmaciens de prescrire des médicaments soumis à ordonnance sans passer par le médecin depuis le 1er janvier 2019.

Le Matin Dimanche: Une guerre des chiffres envenime le débat sur le tabac alors que la Suisse se demande si elle doit en restreindre la publicité. Selon les sources, le nombre d'emplois liés à cette industrie passe du simple au double, révèle Le Matin Dimanche. La question est importante, car elle permet de savoir si une restriction de la publicité sur le tabac menacerait un pan de l'économie suisse ou si elle aurait au contraire un impact financier positif. L’Association suisse pour la prévention du tabagisme (AT), qui reprend les chiffres officiels des organisations et des entreprises, compte 5493 personnes (planteurs de tabac, producteurs de cigares et employés des trois grands cigarettiers établis en Suisse). L’Union suisse des arts et métiers (USAM), qui renvoie à une étude de KPMG publiée en octobre 2017, faite pour le compte de Philip Morris, estime de son côté à 11'433 le nombre de personnes liées à cette industrie, dont 6233 directement. A cela, il faut ajouter 5200 emplois dans d’autres secteurs économiques comme des services informatiques ou de spécialistes de la maintenance pour les usines et le matériel. La loi sur le tabac devrait donner lieu à des débats animés aux Chambres fédérales. En consultation, la droite a estimé que les restrictions publicitaires allaient trop loin. La gauche et les milieux de protection contre le tabagisme l'ont jugée trop timide.

NZZ am Sonntag: Une majorité des parlementaires qui seront élus lors des élections fédérales cet automne sera en faveur d'un relèvement de l'âge de la retraite. Telle est la conclusion à laquelle la NZZ am Sonntag est parvenue en analysant les données des candidats via la plate-forme en ligne smartvote.ch. Selon celles-ci, environ la moitié des candidats au Conseil national se disent favorables au relèvement de l'âge de la retraite à 67 ans. En se basant sur une distribution des sièges similaire à la législature 2015-2019, le nouveau Parlement dirait 'oui' à 55% à une telle mesure. Même en tenant compte du gain de fauteuils prévus pour le camp rose-vert, il y aurait toujours une majorité pour ce relèvement. Le questionnaire Smartvote de cette année sera publié mardi. Les électeurs pourront alors comparer leur profil politique à celui des candidats.

SonntagsBlick: En Suisse, près de 400'000 personnes ont plus d'un emploi - et la tendance est à la hausse. C'est ce que révèlent les nouveaux chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS) que le SonntagsBlick a pu consulter. Selon ces données, 393'000 personnes en Suisse ont travaillé pour deux employeurs ou plus durant le premier trimestre 2019. Cela représente 8,7% de l'ensemble de la population active - pourcentage qui n'avait jamais été aussi élevé - contre environ 4%, en 1991. Selon le journal alémanique, les femmes sont beaucoup plus susceptibles que les hommes d'avoir plusieurs emplois. Plus d'une femme sur dix a ainsi deux emplois ou plus; chez les hommes, la proportion descend à un sur vingt. Sur aucun autre marché du travail en Europe, la différence entre les sexes n'est aussi frappante. Ce sont souvent des contraintes économiques ou familiales qui forcent les gens à travailler dans de telles situations. Les travailleurs sans formation, actifs en particulier dans l'industrie du nettoyage ou de la construction, sont ceux qui ont le plus de probabilités de mener plusieurs jobs de front.

SonntagsZeitung: Peu de temps avant l'annonce des manipulations de données de test pour une thérapie génique particulièrement coûteuse, la société pharmaceutique bâloise Novartis a réalisé une vente d'actions délicate dans laquelle un manager a gagné de l'argent. Selon la SonntagsZeitung, le 19 juillet, un membre de la direction ou du conseil d'administration a vendu 10'000 actions Novartis pour une somme totale de 925'400 francs. Le 28 juin, le groupe rhénan a informé l'Agence américaine des médicaments (FDA) que des données de la thérapie Zolgensma avaient été manipulées par Avexis, filiale américaine de Novartis. Mais au moment de la vente, le public n'avait pas encore été mis au courant - il l'a été le 6 août. Selon Novartis, la transaction a été examinée et approuvée, 'la personne n'était pas en possession d'informations matérielles pertinentes', a déclaré un porte-parole à la SonntagsZeitung. Novartis n'en a toutefois pas fait mention dans son rapport semestriel. Zolgensma, un médicament contre l'amyotrophie spinale chez les bébés, est le médicament le plus cher au monde avec un prix de plus de 2 millions de dollars par dose unique.

Le Matin Dimanche: Le village bernois de Grandval veut améliorer la participation à ses assemblées communales. Et pour ce faire, il compte proposer de payer le baby-sitting des parents d’enfants en bas âge pour les enjoindre à s’intéresser davantage à la chose publique, écrit Le Matin Dimanche. Le village bernois compte 400 habitants. Une vingtaine de familles sont concernées. La décision sera prise lors du prochain Conseil communal, le 26 août. Il s'agit d'une première romande, mais de l'autre côté du pays, la commune saint-galloise de Rorschacherberg a déjà mis en place la mesure. Si pour l'heure peu de parents ont eu recours à la subvention, son maire, Beat Hirs, se déclare 'satisfait'.

NZZ am Sonntag: Une nouvelle Haute école pédagogique est sur le point d'être inaugurée à Zurich. Son objectif? Former les enseignants à une nouvelle approche scolaire qui permettrait aux élèves de décider ce qu'ils veulent apprendre et quand, rapporte la NZZ am Sonntag. Le 'Campus Intrinsic' ouvrira ses portes le 18 septembre, une bonne dizaine de personnes devraient y débuter un cursus, long de trois ans et basé sur cette même idée. A l'issue de la formation, les diplômés pourront enseigner à l'école primaire, y compris dans les écoles publiques. L'idée que tous les enfants doivent apprendre la même chose au même moment et au même endroit est dépassée, ont expliqué les initiateurs Christian Müller et Daniel Straub. L'école du futur doit être basée sur la passion, la volonté d'apprendre et les qualités de chaque élève.

A la Haute école pédagogique de Zurich, le recteur Heinz Rhyn se montre sceptique. Selon lui, on ne peut pas apprendre la profession d'enseignant en étudiant simplement ce qui vous intéresse. Certaines compétences sont nécessaires. Economiesuisse se montre moins critique et estime que si le système d'enseignement public en Suisse est très bon, il doit aussi changer. Sur le marché du travail, les employeurs recherchent toujours davantage des collaborateurs créatifs, capables de développer leurs propres idées, relève par exemple la faîtière.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus