Revue de presse du dimanche 18 décembre 2016

Les factures trop élevées payées par la Confédération, mais aussi l'implication de Christoph ...
Revue de presse du dimanche 18 décembre 2016

Revue de presse du dimanche 18 décembre 2016

Photo: Keystone

Les factures trop élevées payées par la Confédération, mais aussi l'implication de Christoph Blocher dans la solution du Parlement fédéral à l'initiative anti-immigration et une nouvelle restructuration de La Poste occupent la presse dominicale. En voici les titres:

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Les factures que les fournisseurs de la Confédération lui présentent sont souvent trop élevées, indiquent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung, qui ont pu accéder au rapports du Contrôle fédéral des finances. Ce dernier a passé au crible quelque 25 mandats étalés sur les dix dernières années. Parmi les cas de montants indus ou de prestations comptabilisées par erreur figure notamment celui d'une agence de communication, qui a réclamé 140'000 francs de trop pour une campagne de prévention de l'Office fédéral de la santé publique. Grâce à ces contrôles, l'administration fédérale a au total récupéré plus de deux millions de francs. Selon le directeur du Contrôle fédéral des finances, Michel Huissoud, des économies plus importantes sont encore possibles, car la majorité des contrats en situation de monopole n'est jamais contrôlée.

SonntagsZeitung: En début d'année, le stratège de l'UDC Christoph Blocher a apparemment indiqué qu'il était prêt à accepter une solution pour la mise en oeuvre de l'initiative anti-immigration presque identique à celle approuvée vendredi par le Parlement, selon le procès-verbal d'une réunion d'un groupe de travail des milieux économiques et des partis bourgeois. Selon la SonntagsZeitung, l'ancien conseiller fédéral étiat présent à cette réunion, à laquelle étaient également conviés des représentants de l'économie et du PDC, ainsi que le conseiller aux Etats Philipp Müller (PLR/AG). M. Blocher aurait dit que qu'il 'ne fallait pas inscrire de chiffres maximaux dans la loi'. Avec une priorité nationale donnée aux professions qui connaissent un chômage excessif, 'on pourrait bien être d'accord', aurait-il ajouté. Le Zurichois affirme aujourd'hui, relève le journal, qu'à aucun moment, il n'a été prêt à renoncer aux contingents.

SonntagsZeitung/SonntagsBlick/Schweiz am Sonntag: La Poste prévoit de faire des économies d'environ 30% jusqu'en 2020 dans les coûts de personnel, indique un document interne de la direction, daté de décembre et qui a fuité dans la presse dominicale. De 1400 à 1500 des 62'000 employés travaillent dans les secteurs concernés. 'Il faut s'attendre à des suppressions de postes au cours de ces prochaines années', a déclaré le porte-parole de La Poste, Olivier Flüeler. Des économies de 30% ne signifient 'en aucun cas, qu'un poste sur trois' va être biffé, précise-t-il. Selon la SonntagsZeitung, des sources internes parlent de 300 places de travail supprimées.

Le géant jaune avait déjà annoncé en octobre la fermeture de 600 bureaux de poste. Selon Schweiz am Sonntag, se basant sur des déclarations de Syndicom, de 1220 à 1400 postes de travail vont disparaître. Mais, affirme le syndicat, 180 d'entre eux ne peuvent pas être supprimés en raison de la loi sur La Poste et d'autres critères. Le porte-parole de La Poste qualifie ces chiffres de 'pas sérieux'.

NZZ am Sonntag: Le Ministère public de la Confédération (MPC) enquête sur 20 personnes, soupçonnées de financement du terrorisme. Six procédures pénales sont en cours, a confirmé un porte-parole du MPC à la NZZ am Sonntag. Des fondations, des associations et d'autres entités juridiques jouent un rôle dans ces affaires. Parmi elles figurent notamment une fondation dans le canton de Genève et une association en ville de Berne, affirme le journal. Des petites fondations religieuses 'représentent un risque particulier' dans le financement des activités terroristes en Suisse, selon un rapport du Groupe d'action financière (GAFI), un organisme intergouvernemental chargé notamment de lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

SonntagsBlick: Les coupes transversales dans le budget du personnel fédéral décidées par le Conseil national portant sur 50 millions de francs, soit 0,8% du total des dépenses de personnel, n'entraineront pas de licenciements, affirme le ministre des finances Ueli Maurer dans le SonntagsBlick. 'Nous pouvons les compenser en ne remplaçant pas temporairement certains personnels', explique le conseiller fédéral UDC. Il estime toutefois qu'il serait préférable de décider de quelles tâches l'Etat doit se débarrasser. Citant comme exemple l'Office fédéral du logement, il s'interroge: 'Ne pourrait-on pas privatiser de telles tâches et passer un contrat de prestation? Ce serait plus efficace'. Il remarque encore qu'il y a partout du potentiel d'économies.

SonntagsZeitung/NZZ an Sonntag: Un groupe de travail de la commission de gestion met en cause la suspension du nouveau système de défense sol-air (BODLUV) par le ministre de la défense Guy Parmelin. Les résultats de l'enquête seront présentés mardi, mais, selon la presse dominicale, deux reproches ont été retenus à l'encontre du conseiller fédéral UDC. D'une part, sa décision n'était 'objectivement pas compréhensible', car le contrat avec le fournisseur était déjà exigible. La Confédération a ainsi renoncé à une offre pour laquelle elle devait de toute façon payer. D'autre part, M. Parmelin ne pouvait pas contester une décision de son département, qui avait déjà rédigé un rapport d'enquête interne.

NZZ am Sonntag: L'UE projette de changer le système d'indemnisation du chômage pour les travailleurs transfrontaliers, ce qui pourrait entraîner des centaines de millions de francs de dépenses supplémentaires pour la Suisse, rapporte la NZZ am Sonntag. La Commission européenne propose que les travailleurs qui perdent leur emploi perçoivent à l'avenir les indemnités de chômage là où ils ont été employés durant la dernière année de leur contrat. La Suisse compte plus de 314'000 travailleurs transfrontaliers, selon le journal. Ces derniers paient actuellement des cotisations de chômage dans le pays où ils sont employés, mais, s'ils sont licenciés, ils perçoivent les indemnités de chômage essentiellement de leur pays d'origine. La Suisse verse des indemnités aux frontaliers durant cinq mois au maximum. Avec le projet de l'UE, elle devrait les payer plus longtemps dans beaucoup de cas.

NZZ am Sonntag: La majorité des donateurs en Suisse ne s'intéressent pas de savoir si l'argent qu'ils ont versé produit des effets. Seuls 18% d'entre eux demandent des informations sur l'impact de leur don, révèle une étude du centre pour le développement et la coopération de l'EPFZ, cité par la NZZ am Sonntag. 'Pour la plupart des donateurs apparemment, le sentiment de bien-être, d'avoir donné quelque chose, est plus important', explique l'auteure de l'étude, Isabel Günther. Ce phénomène s'appelle le 'warm-glow giving' (les donations réconfortantes). Les trois quarts de la population suisse ont fait un don l'an dernier à des organismes de bienfaisance, pour un montant d'environ 1,8 milliard de francs.

/ATS


Actualisé le