Santé: les seniors se renseignent aussi en ligne

Selon une étude, la majorité des seniors en Suisse a un médecin de famille, est satisfaite ...
Santé: les seniors se renseignent aussi en ligne

Santé: les seniors se renseignent aussi en ligne

Photo: KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI

Selon une étude, la majorité des seniors en Suisse a un médecin de famille, est satisfaite des soins reçus et pourrait envisager que des professionnels autres que leur médecin leur dispensent certains soins. Ils sont aussi nombreux à se renseigner sur Internet.

Près de la moitié des aînés helvétiques (43%) utilisent Internet pour se renseigner sur des questions de santé. Les 65-74 ans de même que les personnes titulaires d'un niveau de formation supérieur sont plus actifs sur la toile que leurs congénères plus âgés ou moins formés. Ces recherches n'empêchent pas la très grande majorité (83,7%) de se déclarer satisfaits des soins reçus.

Ces chiffres proviennent de l'enquête International Health Policy Survey 2017, menée dans onze pays, indique jeudi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans un communiqué. L'étude a été menée auprès de personnes âgées de 65 ans et plus vivant à leur domicile. L'échantillon suisse était constitué de 3238 individus. L'OFSP a confié l'analyse des résultats de l'enquête à l'Observatoire suisse de la santé (Obsan). Le rapport est paru jeudi.

Moins facile d'obtenir un rendez-vous

Il montre qu'en Suisse, tout comme dans les autres pays participants, la quasi-totalité des personnes interrogées (96,8%) disposent d'un médecin habituel. Par contre, son accessibilité a chuté ces dernières années.

Si en 2014 près de deux tiers (63,9%) des répondants parvenaient à obtenir un rendez-vous le jour même ou le lendemain, ils n'étaient plus que 46,5% en 2017. Ces chiffres placent la Suisse dans une position intermédiaire en comparaison internationale, indique le rapport.

Dans les années à venir, la question de l'accès à un médecin de premier recours se posera de façon particulièrement accrue. Pour répondre aux besoins, une des pistes avancées est de déléguer certains traitements de base à un autre professionnel de la santé, lit-on dans le rapport. En Suisse, une majorité des aînés (60,5%) sont ouverts à une telle démarche. 'Une marge de manoeuvre semble donc se confirmer dans ce domaine'.

Dispositions de fin de vie

Une bonne majorité des seniors (60,4%) ont informé une personne de confiance ou un professionnel de santé de leurs décisions en matière de prise en charge en fin de vie. Un tiers (35,7%) a consigné son choix par écrit. L'OFSP relève que les aînés alémaniques (64%) sont plus nombreux que les romands (52%) à avoir communiqué leur décision.

De 2014 à 2017, la part des personnes ayant renoncé à des soins (consultation, traitements, examens de contrôle, achat de médicaments) pour des raisons financières a doublé en Suisse. Elle a bondi de 6,3 % à 13,2%. Dans le même temps, la part des aînés ayant des difficultés à payer des factures médicales est passée de 2,3% à 4,3%.

Les seniors américains et australiens sont les plus touchés par ces difficultés. Toutefois, en comparaison européenne, les répondants suisses sont singulièrement affectés par ces difficultés financières, signale l'étude.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus