Soutien démocrate-chrétien à la loi sur les jeux d'argent

Le PDC soutient la loi sur les jeux d'argent soumise au peuple le 10 juin prochain. Réunis ...
Soutien démocrate-chrétien à la loi sur les jeux d'argent

Soutien démocrate-chrétien à la loi sur les jeux d'argent

Photo: KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

Le PDC soutient la loi sur les jeux d'argent soumise au peuple le 10 juin prochain. Réunis à Cham (ZG), les délégués démocrates-chrétiens ont largement suivi samedi l'avis du comité directeur.

Dans un vote électronique réalisé en direct, l'assemblée a dit 'oui' à la proposition du Conseil fédéral et des Chambres, par 181 voix contre 38 et 11 abstentions.

La nouvelle loi doit notamment rendre impossibles les offres illégales de jeux d'argent, en bloquant notamment des sites en ligne. Objectif: garantir que les gains provenant de tels jeux servent des objectifs d'utilité publique et ne remplissent pas les caisses des fournisseurs en ligne étrangers.

Recettes actuellement menacées

Ces derniers enfreignent la loi, ne paient pas d'impôts ni de taxes, et ne proposent rien pour protéger la population contre la dépendance aux jeux, a fait valoir le conseiller aux Etats zougois Peter Hegglin. Ils menacent ainsi les recettes des loteries et des casinos suisses qui reversent chaque année au sport, à la culture, à l'AVS et à l'AI environ un milliard de francs via les cantons et les fonds de loterie.

Face au démocrate-chrétien, le vice-président des Vert'libéraux Pascal Vuichard est venu présenter en vain les arguments du 'non' à la nouvelle loi. Selon lui, c'est aux casinos d'améliorer leurs produits si la concurrence étrangère leur prend des parts de marché.

La concurrence permet d'améliorer l'offre et donc de garantir des recettes supplémentaires pour l'Etat, le sport et la culture, estime Pascal Vuichard. Bloquer des sites en ligne n'est pas seulement une mise sous tutelle et une mesure chère, elle est aussi inefficace, car elle peut être facilement contournée, selon lui.

Pas un marché comme un autre

Président de la fédération des casinos suisses, le sénateur fribourgeois Beat Vonlanthen a rejeté les reproches de censure. 'Il s'agit là d'offres illégales étrangères!'

Selon le conseiller aux Etats démocrate-chrétien, la nouvelle loi n'entrave en outre pas les règles du libre marché, car les jeux d'argent ne sont pas un marché comme un autre. Ils peuvent notamment entraîner une dépendance aux jeux. L'Etat a donc une responsabilité morale dans ce domaine.

/ATS
 

Actualités suivantes