Un pansement pour diminuer le taux de mortalité des grands brûlés

Une nouvelle génération de pansements biologiques espère parvenir à diminuer le taux de mortalité ...
Un pansement pour diminuer le taux de mortalité des grands brûlés

Un pansement pour diminuer le taux de mortalité des grands brûlés

Photo: Keystone

Une nouvelle génération de pansements biologiques espère parvenir à diminuer le taux de mortalité des grands brûlés. Les bandages utilisés pour les soigner sont de véritables nids à microbes.

Privés de peau à certains endroits de leur corps et immunodéprimés, les grands brûlés sont extrêmement vulnérables face aux bactéries, rappelle jeudi l'EPFL, qui a contribué à cette recherche. Grâce aux progrès de la réanimation, ils meurent cependant de moins en moins du choc induit par la brûlure. S'ils décèdent, ce sont souvent en raison d'infections qui surviennent des mois après l'hospitalisation.

Les bactéries résistant toujours davantage aux antibiotiques, un consortium de chercheurs suisses a planché sur une nouvelle génération de pansements biologiques qui accélère la cicatrisation et, fait nouveau, qui empêche les bactéries de se multiplier. Leur travail est publié dans Scientific Reports.

Produit amélioré

Le nouveau bandage, développé à partir d'un pansement mis au point en 2005 au CHUV, est une avancée nécessaire pour le milieu hospitalier. 'Nous devons prendre à l’heure actuelle d’énormes précautions avec nos patients', explique Lee Ann Laurent-Applegate, directrice de l’Unité de thérapie régénérative au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

'Les pansements, qui parfois recouvrent la plupart des parties du corps, doivent être changés tous les jours pendant plusieurs mois. Et cela n’empêche pas les infections', ajoute-t-elle. Le nouveau bandage va faire l’objet de tests avant de pouvoir faire son entrée dans les cliniques.

Ce pansement est le fruit du résultat du travail de chercheurs du Centre romand des brûlés du CHUV, du Centre pour grands brûlés de l'Hôpital universitaire de Zurich, de l’EPFL, de l’UNIL, de l’UNIGE, des HUG et de l’UNIBE.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes