Une commission en faveur de l'interdiction des pubs sexistes

La Commission parlementaire ad hoc soutient à l'unanimité les modifications de la loi sur les ...
Une commission en faveur de l'interdiction des pubs sexistes

Une commission en faveur de l'interdiction des pubs sexistes

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

La Commission parlementaire ad hoc soutient à l'unanimité les modifications de la loi sur les procédés de réclame (LPR) proposées par le Conseil d’Etat vaudois. Elles permettront aux communes d’interdire les publicités sexistes sur l’espace public.

Si le Parlement suit les recommandations de sa commission, les quelque 3700 surfaces d’affichages du canton de Vaud ne pourront plus présenter de publicités sexistes. Les affiches sur domaine privé, visibles du domaine public, sont également concernées, écrit vendredi la Commission parlementaire chargée de la question.

Pour ce faire, la LPR, qui interdit actuellement la publicité pour l’alcool et le tabac, sera élargie aux publicités sexistes. La loi et son règlement définiront ce qui est considéré comme sexiste.

Les décisions d’affichage étant de compétence communale, les municipalités pourront s’appuyer sur ces nouvelles bases légales pour refuser une affiche, la retirer, voire infliger une sanction.

La Commission consultative sur les procédés de réclame instituée par la LPR pourra par ailleurs être saisie par la population. Le Bureau de l’égalité entre les femmes et les hommes (BEFH) participera à cette commission qui rendra des avis d’experts, non contraignants, mais qui seront une aide précieuse à la décision pour les municipalités.

La Commission parlementaire considère que la solution proposée par le Conseil d’Etat est équilibrée. Elle laisse la liberté de décision aux communes, et offre un outil performant de lutte contre les affiches à caractère sexiste. Le projet de loi sera prochainement examiné par le Grand Conseil.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus