Une exoplanète géante découverte autour d'une étoile naine

Jusqu'ici, les théoriciens de la formation planétaire pensaient que seules de petites planètes ...
Une exoplanète géante découverte autour d'une étoile naine

Une exoplanète géante découverte autour d'une étoile naine

Photo: University of Warwick/Mark Garlick

Jusqu'ici, les théoriciens de la formation planétaire pensaient que seules de petites planètes pouvaient se former autour de petites étoiles. Une exoplanète géante découverte par une équipe internationale avec participation genevoise ébranle cette théorie.

De la taille de Jupiter et tournant autour d’une étoile deux fois plus petite que notre soleil, NGTS-1b est à ce jour la plus grande planète découverte dans l'Univers lorsqu’on rapporte sa taille à celle de son étoile. Cette géante gazeuse se trouve à 600 années-lumière de la Terre.

La planète géante a été révélée par NGTS (Next Generation Transit Survey), un nouvel instrument mis au point par un consortium dont fait partie l’Université de Genève (UNIGE). Il est installé depuis une année et demie sur le site de l’observatoire européen de Paranal, au Chili.

'La découverte de NGTS-1b est une surprise', indique Dan Bayliss, chercheur au Pôle national de recherche PlanetS à Genève et premier auteur de la recherche, cité mardi dans un communiqué de l'UNIGE. 'C’est la première exoplanète que l’on détecte avec ce nouvel instrument et nous sommes déjà en train de remettre en question la formation des planètes communément admise jusque-là'.

NGTS est composé d’une batterie de douze télescopes robotiques de 20 cm de diamètre qui auscultent le ciel à la recherche de transits, ces mini-éclipses provoquées par des planètes lorsqu’elles passent devant leurs étoiles.

La planète NGTS-1b orbite autour d’une étoile froide dite 'naine M', le type d’étoiles le plus commun dans l’Univers (comme Trappist-1 qui possède sept planètes rocheuses de la taille de la Terre), laissant penser que ce genre d’exoplanètes n’est peut-être pas aussi rare qu’on le croyait. Elles sont toutefois difficiles à débusquer, car leur étoile hôte est petite et peu lumineuse.

Théorie remise en question

NGTS-1b est une planète de la taille de Jupiter, mais cinq fois moins massive que celle-ci. Elle tourne en 2,6 jours autour de son étoile.

Avec une masse équivalente à 60 fois celle de la Terre, elle remet en question la théorie de la formation planétaire, selon laquelle il n’y a pas assez de matière lors de la constitution de petites étoiles pour permettre la formation de grosses planètes.

Si NGTS a permis de découvrir et de mesurer la taille de la planète en question, c’est un autre instrument 'genevois', HARPS, qui a été utilisé pour en estimer la masse. Des chercheurs des universités de Warwick, Leicester et Cambridge (GB) ont également participé à ces travaux publiés dans la revue britannique Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus