Une partie du personnel de la ville de Fribourg en grève lundi

Le conflit se durcit concernant l'assainissement la Caisse de prévoyance du personnel de la ...
Une partie du personnel de la ville de Fribourg en grève lundi

Une partie du personnel de la ville de Fribourg en grève lundi

Photo: KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ

Le conflit concernant l'assainissement la Caisse de prévoyance du personnel de la ville de Fribourg (CPPVF) se durcit. Plusieurs services de l'administration du chef-lieu ont voté vendredi en faveur d'un mouvement de grève lundi après-midi.

L'idée des partisans d'un durcissement de ton consiste à adresser 'un signal fort aux groupes politiques du Conseil général, en particulier au Parti socialiste (PS), a indiqué le Syndicat suisse des services publics (SSP). La grève débutera lundi à 13h30, alors que le législatif communal doit se prononcer sur la révision dans la soirée.

'La révision prévoit des pertes de rentes massives pour le personnel, une élévation de l’âge de la retraite et le passage à la primauté des cotisations', a rappelé le SSP. Le syndicat encourage par ailleurs l'ensemble du personnel, qui représente environ 600 postes en équivalent plein temps, à rejoindre la grève

'C’est entre aujourd’hui et lundi soir que tout se joue!', clame le SSP dans son communiqué. 'Plus la mobilisation sera forte, plus nous aurons de chances d’améliorer le projet qui est soumis au Conseil général, ou d’obtenir le report du débat et l’ouverture de négociations avec le Conseil communal.'

Le SSP a informé le Conseil communal de la décision de faire grève. 'La grève est tout à fait légale et correspond aux conditions fixées par la Constitution fédérale et cantonale: elle est l’ultime recours (absence de négociations), elle est soutenue par une organisation de travailleurs (le SSP) et elle se rapporte aux conditions de travail.'

Long conflit

Le conflit dure depuis des semaines, alors que la révision est engagée depuis deux ans. Il a pris un tour nouveau depuis le début de l'année avec une journée d'action le 29 janvier, avec un débrayage d'une heure, et un débrayage d'une heure à nouveau pas plus tard que jeudi.

Chacun des débrayages a rassemblé quelque 200 employés. Les fronts apparaissent bloqués depuis l'automne dernier, au fur et à mesure que le projet de réforme de la CPPVF prenait corps. Le PS est particulièrement visé par les grévistes annoncés, parce que la ville de Fribourg dispose d'un législatif à majorité de gauche.

Deux pratiques

Les employés protestataires ne comprennent pas pourquoi le PS adopte une autre position que pour la révision de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg. Dans ce cas, la procédure de consultation en cours se veut large, alors que pour la ville de Fribourg les discussions sont intervenues dans le cadre du comité de la caisse de pension.

Ce dernier comprend toutefois des représentants de l'employeur et des employés. C'est ce sur quoi à insister à plusieurs reprises le syndic de Fribourg, le socialiste Thierry Steiert, pour expliquer que toutes les parties ont été intégrées à la négociation, avec des efforts équitablement répartis entre elles.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus