Une prostituée aurait soutiré 1,8 million de francs à un client

Une ancienne prostituée comparaît devant le tribunal de Vevey (VD) pour escroquerie et abus ...
Une prostituée aurait soutiré 1,8 million de francs à un client

Une prostituée aurait soutiré 1,8 million de francs à un client

Photo: /AP/THOMAS KIENZLE

Une ancienne prostituée comparaît devant le tribunal de Vevey (VD) pour escroquerie et abus de confiance. Elle s’était liée d’amitié avec un client ingénieur agronome, qui avait accepté de lui prêter de grosses sommes jusqu’à s’endetter.

Accusée d’avoir soutiré 1,8 million de francs à l'un de ses ex-clients, cette femme de 59 ans a plaidé non coupable lundi devant le tribunal correctionnel de l’Est vaudois. 'Je lui ai tout remboursé! Mais voilà, je suis péripatéticienne, on ne me croit pas: je ne vendais pas des petits pains au chocolat, Madame la Présidente', s'est-elle défendue.

Ingénieur agronome à la retraite, le plaignant est ruiné depuis sa rencontre en 2008 avec l’ex-travailleuse du sexe et escort vaudoise. 'J’avais répondu à une petite annonce», a témoigné le septuagénaire.

Bonne amitié

'Nous avons eu une relation tarifée à une seule reprise. Ensuite c’est devenu une bonne amitié: j’ai été amoureux d’elle au début, je m’entendais très bien avec son fils, qui vivait chez elle, comme avec ses parents. J’ai eu l’occasion de rencontrer ses soeurs.'

'On se voyait régulièrement, toutes les deux semaines environ', a confirmé la prévenue d’origine italienne, elle-même endettée pour près d’un million de francs. 'Mais c’était amical. Dès le départ, il disait vouloir m’aider par rapport à mes difficultés financières.'

Bon coeur

'C’est quelqu’un qui a bon coeur, et qui aura une oreille attentive si quelqu’un ne va pas bien', a témoigné la soeur de l’ingénieur. 'Mais il a manqué de discernement: son argent a disparu, si bien qu’il a dû continuer à travailler au-delà de l’âge, et aujourd’hui, il vit grâce aux prestations complémentaires à l’AVS.'

'La prévenue a cherché à attirer la sympathie et la compassion du plaignant, en lui racontant avoir été victime d’une agression et d’un viol quelques années auparavant', avance le procureur Olivier Jotterand dans son acte d’accusation.

Société offshore

Le représentant du Parquet reproche notamment à l’ex-prostituée d’avoir utilisé l’argent du futur retraité pour maintenir son train de vie 'dispendieux' ou pour entretenir son fils.

Le septuagénaire dit avoir remis comptant un total de 1,2 million de francs à l’accusée, à titre d’investissement dans une société offshore gérée par son ex-mari, laquelle faisait miroiter des taux de rendement de 5 à 8%.

Endettement massif

'Les montants à verser à titre de placements ont augmenté avec le temps', a-t-il détaillé. 'On me disait que si je ne payais pas dans les délais, je perdais tout.'

L’ingénieur agronome s’est lui-même endetté à hauteur de 630'000 francs auprès de tiers, dont son propre fils. Une dette qui s'ajoute à la somme de 1,2 million de francs que le plaignant dit avoir confié à l’ex-travailleuse du sexe, soit la totalité de sa fortune.

Diverses factures

L’accusée ne reconnaît qu’une somme de 44'500 francs (unique montant figurant sur les reconnaissances de dettes signées à l’été 2009), qu’elle assure avoir remboursée comptant. Ainsi qu’une ardoise de 122'000 francs, en lien avec des factures de téléphonie et de cartes de crédit. Les trois juges devraient rendre leur verdict mardi.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus