Vaud: enquête sur de faux certificats Covid émis par des pharmacies

Une enquête a été ouverte dans le canton de Vaud au sujet de faux certificats Covid. Ceux-ci ...
Vaud: enquête sur de faux certificats Covid émis par des pharmacies

Vaud: enquête sur de faux certificats émis par des pharmaciens

Photo: KEYSTONE/PIERRE ALBOUY

Une enquête a été ouverte dans le canton de Vaud au sujet de faux certificats Covid établis par des personnes travaillant dans des pharmacies. Elles les auraient ensuite délivrés à des proches, parfois contre rémunération.

Plusieurs affaires, apparues ces dernières semaines, ont justifié l'ouverture de cette enquête. Elle a été annoncée vendredi par la police vaudoise, qui mène les investigations sous la direction du Ministère public.

A ce stade, la police estime à une centaine le nombre de faux certificats remis à des personnes qui n'étaient ni vaccinées ni testées. 'Nous n'excluons pas qu'il y en ait davantage. L'enquête en cours permettra de déterminer l'ampleur de la fraude', a indiqué Florence Frei, porte-parole de la police cantonale, contactée par Keystone-ATS.

Le nombre de protagonistes impliqués n'a pas été dévoilé. Il est toutefois ressorti qu'ils travaillent dans plusieurs pharmacies du canton, apparemment à des postes divers, 'de l'assistant ou pharmacien responsable', a relevé Mme Frei.

Elle n'a pas pu en dire davantage sur le prix qui était exigé pour s'offrir un certificat frauduleux. 'La rémunération n'était pas systématique', a-t-elle juste précisé.

Poursuites pénales

Cela serait le gérant d'une pharmacie qui a donné l'alerte et dénoncé cette pratique, pour au moins l'un des cas, a rapporté la porte-parole.

Elle a aussi relevé que les autorités avaient souhaité communiquer sur cette affaire à des fins de 'prévention'. Dans son communiqué, la police cantonale souligne en effet que 'toute personne créant, contrefaisant ou utilisant de tels certificats s'expose à des poursuites pénales.' Ces infractions sont passibles d'amendes et de peines de prison pouvant aller jusqu'à cinq ans.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus