L'écart entre les plus riches et les plus pauvres se creuse (Oxfam)

Les huit hommes les plus riches du monde possèdent autant que la moitié de la population mondiale ...
L'écart entre les plus riches et les plus pauvres se creuse (Oxfam)

L'écart entre les plus riches et les plus pauvres se creuse (Oxfam)

Photo: Keystone

Les huit hommes les plus riches du monde possèdent autant que la moitié de la population mondiale, selon une étude de l'organisation non gouvernementale britannique Oxfam. Les inégalités sociales ont fortement augmenté ces douze derniers mois.

Bill Gates, Amancio Ortega, Warren Buffett, Carlos Slim Helu, Jeff Bezos, Mark Zuckerberg, Larry Ellison et Michael Bloomberg détenaient l'année dernière 426 milliards de dollars, a indiqué Oxfam lundi, en marge du Forum économique de Davos (WEF). De l'autre côté, 3,6 milliards de personnes se partagent 409 milliards de dollars.

Il y a un an, le rapport était différent: c'étaient les 62 personnes les plus riches au monde qui possédaient autant que la moitié de la population mondiale. Les nouvelles données montrent que les disparités augmentent toujours plus, en particulier à cause de l'évolution en Chine et en Inde.

Critiques aux actionnaires

Les plus riches et les grandes multinationales se construisent des avantages au détriment de l'intérêt général, dénonce Oxfam. Ils utilisent des méthodes agressives pour se soustraire à l'impôt ou utilisent les techniques des paradis fiscaux pour rechercher les taux d'imposition les plus bas.

Les dix plus grands groupes internationaux ont généré l'année passée plus de revenus que les 180 Etats ensemble. Oxfam critique aussi la tendance des entreprises à maximiser les bénéfices des actionnaires. En 1970, en Grande-Bretagne, 10% des gains étaient reversés aux actionnaires, alors qu'aujourd'hui, le chiffre est de 70%.

Terrain pour les populistes

Ce fossé grandissant met à mal la cohésion sociale, empêche la lutte contre la pauvreté et mine la démocratie, estime Oxfam. 'L'inégalité prépare le terrain des populistes de droite et autres ennemis d'une société solidaire'.

Oxfam exige l'introduction d'un taux d'imposition minimal mondial pour les grands groupes, la fin des paradis fiscaux, la transparence en matière de bénéfices et de taxation des entreprises et des impôts sur les plus hauts revenus et les plus grandes fortunes.

Oxfam a basé son étude sur le Global Wealth Databook 2016 de Credit Suisse et la liste des milliardaires de Forbes.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes