Le président pro-russe Dodon veut annuler l'accord avec l'UE

Le nouveau président moldave, le prorusse Igor Dodon, s'est prononcé mardi à Moscou en faveur ...
Le président pro-russe Dodon veut annuler l'accord avec l'UE

Le président pro-russe Dodon veut annuler l'accord avec l'UE

Photo: Keystone

Le nouveau président moldave, le prorusse Igor Dodon, s'est prononcé mardi à Moscou en faveur d'une annulation par son parlement de l'accord commercial conclu avec l'Union européenne en 2014. De facto, il espère rétablir les relations économiques avec la Russie.

'Je n'exclus pas qu'après les prochaines élections législatives, cet accord soit annulé', a-t-il déclaré devant la presse après avoir été reçu par Vladimir Poutine. Il compte se rendre à Bruxelles 'début février' pour discuter avec ses homologues européens de la manière de se rapprocher de Moscou dans le cadre des accords existants.

A Moscou pour sa première visite à l'étranger depuis son élection en novembre, M. Dodon a indiqué avoir discuté d'un 'accord cadre' permettant à la Moldavie de coopérer avec l'Union économique eurasiatique, qui réunit la Russie et d'autres anciennes républiques soviétiques.

'Nous entamerons des consultations en vue d'une signature dans les prochains mois', a plaidé le président de ce pays de 3,5 millions d'habitants coincé entre la Roumanie et l'Ukraine. Il voit là 'un premier pas vers un rapprochement'. Il a aussi dit souhaiter que son pays obtienne le statut d''observateur' dans l'Union eurasiatique.

Aucun avantage

Pendant sa campagne électorale, Igor Dodon avait promis d'oeuvrer à modifier le volet économique de l'accord d'association avec l'UE. 'Cet accord n'a apporté aucun avantage à la Moldavie, nous avons perdu le marché russe et le volume de nos exportations vers l'Union européenne a également diminué', a regretté le président moldave.

Des élections, qui donneraient la majorité à son parti, ne sont toutefois pas prévu pour l'heure avant la fin de l'année prochaine.

Précédent ukrainien

Fin 2013, le président prorusse ukrainien alors en fonction, Viktor Ianoukovitch, avait par exemple renoncé à signer un accord similaire d'association avec l'UE, en échange d'un crédit promis par la Russie.

Ce volte-face avait conduit au soulèvement du Maïdan, aboutissant à la fuite puis la destitution de M. Ianoukovitch, suivies de l'annexion de la Crimée et d'un conflit avec les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.

/ATS
 

Actualités suivantes