Les entreprises reprennent confiance, selon EY

Les entreprises suisses reprennent confiance, estime EY. Pour la première fois depuis trois ...
Les entreprises reprennent confiance, selon EY

Les entreprises reprennent confiance, selon EY

Photo: Keystone

Les entreprises suisses reprennent confiance, estime EY. Pour la première fois depuis trois ans, le baromètre des entreprises du cabinet de conseil fait état d'une embellie du climat des affaires. Mais au-delà de l'embellie conjoncturelle, les inquiétudes persistent.

Signe de la légère amélioration du climat des affaires pour la première fois depuis 2014, 87% des quelque 700 firmes interrogées par EY jugent favorablement leur situation commerciale actuelle, écrit mardi le cabinet de conseils et d'audit comptable. Celles-ci sont également confiantes quant aux prévisions de chiffre d'affaires et d'activité.

La grande majorité des firmes (93%) considèrent leur situation actuelle comme stable, même si la part de celles la jugeant très stable s'est réduite de 3 points de pourcentage à 35%. Au regard de l'année précédente, les entreprises sont plus optimistes quant à l'évolution de la conjoncture, seules 11%, contre 26% un an auparavant, tablant sur une détérioration.

La part des sociétés escomptant un raffermissement de l'économie atteint désormais 27%, 4 points de pourcentage de plus qu'au début 2016. EY note cependant que l'évolution des perspectives économiques demeure une source d'inquiétude. Seule la vigueur persistante du franc est considérée comme un risque plus grand.

Sécurité informatique

Au fil de ses enquêtes, EY constate par ailleurs le défi de plus en plus important que constitue la gestion essentielle mais coûteuse de la sécurité liée à internet. Le regain d'optimisme des entreprises rejaillit aussi sur leur propension à investir, celle-ci se situant à son plus haut niveau depuis le début 2014. Plus du quart (28%) des sociétés sondées prévoient d'accroître leurs dépenses. Et une seule sur onze compte les réduire.

La dynamique de l'emploi reste pour sa part stable, accusant une minime baisse en l'espace d'un an. Plus d'une entreprise sur cinq (21%) veut embaucher du personnel supplémentaire, tandis qu'une sur neuf envisage de supprimer des postes.

Le manque de personnel qualifié est de nouveau en passe de devenir un problème majeur, trois sociétés sur cinq mentionnant avoir des difficultés à recruter les employés adéquats. Une pénurie qui touche particulièrement les prestataires de services.

/ATS
 

Actualités suivantes