La presse salue le tournant énergétique accepté par les Suisses

La presse suisse se réjouit lundi de la 'bonne nouvelle' sortie des urnes dimanche, validant ...
La presse salue le tournant énergétique accepté par les Suisses

La presse salue le tournant énergétique accepté par les Suisses

Photo: Keystone

La presse suisse se réjouit lundi de la 'bonne nouvelle' sortie des urnes dimanche, validant la stratégique énergétique du Conseil fédéral. Elle note cependant que le chemin choisi ne sera pas un long fleuve tranquille et nécessitera de gros efforts et des sacrifices.

Le 'oui' des Suisses dimanche par 58,2% à la stratégie énergétique 2050 est une victoire de la raison sur la peur, estime Le Temps. Il note que 'la population suisse ne s'est pas laissé duper', par 'les sottes menaces, proférées par l'UDC, de devoir payer 3200 francs de plus par année, se doucher à l'eau froide ou rationner sa consommation de bananes'.

Les Suisses sont conscients 'que la production d'énergie atomique est entrée dans sa dernière phase de vie', poursuit le journal lémanique. 'Comme le charbon fut naguère remplacé par le nucléaire, ce dernier cédera progressivement la place à de nouvelles ressources', poursuit-il.

La raison l'a emporté, abonde La Liberté. La peur attisée par les opposants à la stratégie énergétique 'tout au long d'une campagne électrique' n'a pas payé. 'Au final, c'est l'UDC qui a pris la douche froide qu'elle promettait au peuple. Ses estimations farfelues quant au coût réel de la réforme ne constituaient qu'un écran de fumée visant à masquer l'absence de solutions alternatives sérieuses.

Histoire au futur pas simple

Mais 'l'histoire s’écrit au futur pas si simple', prévient La Liberté. 'L'éolien aura du mal à déployer ses pales compte tenu de la farouche hostilité des protecteurs de la nature. Par ailleurs, pour assurer son approvisionnement, y compris en hiver, la Suisse risque de devoir importer du courant 'sale' (nucléaire, gaz) tant qu'elle n'aura pas résolu ses problèmes de stockage', ajoute le quotidien fribourgeois.

Le Quotidien Jurassien prévient d'ailleurs que, les Suisses ayant décidé d''atomiser le nucléaire', une politique volontariste des pouvoirs publics à tous les échelons, notamment en matière d'aides financières aux assainissements', sera nécessaire pour atteindre l'objectif de la transition énergétique.

'Des solutions intermédiaires seront à trouver', ajoute-t-il, pointant également l'importation temporaire de davantage de courant nucléaire français. 'Une révolution, fût-elle énergétique, a toujours quelques contradictions'.

'Certes, la mise en œuvre de la transition énergétique ne sera pas un long fleuve tranquille', mais c'est 'aussi une formidable chance, car la production locale d’énergie et l’assainissement des bâtiments vont permettre de générer nombre d’emplois', se réjouit Le Journal du Jura.

Un camouflet pour l'UDC

A l'instar de nombreux autres médias, il remarque que le scrutin est aussi un 'camouflet pour l'UDC et Albert Rösti', le président de la formation nationale conservatrice. 'Les Suisses n’ont pas cédé au chant anxiogène des sirènes du comité référendaire', qui 'avait pourtant sorti la grosse artillerie pour effrayer les citoyens', faisant référence à ses affiches présentant une dense forêt d’éoliennes devant le Cervin ou celle d’une femme grelottant sous une douche.

'La propagande catastrophiste et parfois délirante de l’Union démocratique du centre (UDC) a bu un sacré bouillon. Tant mieux', enchérit Le Courrier, qui ajoute que la sortie du nucléaire est une bonne nouvelle'.

'La Suisse compte déjà des installations parmi les plus vieilles au monde. Il serait criminel de s'obstiner à les maintenir en activité au-delà du raisonnable', explique le journal genevois. Il relève également que 'le développement des énergies renouvelables s'impose par lui-même'. Et 'la Suisse a des cartes à jouer dans ce domaine', notamment en se dotant des instruments qui permettraient de rendre de nouveau rentable l’hydraulique'.

/ATS
 

Actualités suivantes