Berne veut détruire des pétunias génétiquement modifiés

Des milliers de pétunias génétiquement modifiés mis sur le marché devront être détruits. L'Office ...
Berne veut détruire des pétunias génétiquement modifiés

Des milliers de pétunias génétiquement modifiés mis sur le marché devront être détruits. L'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) a pris cette décision suite à la découverte de ces plantes dans les commerces de plusieurs pays, dont la Suisse.

L'OFAG a informé la faîtière de la branche JardinSuisse le 24 mai dernier, a-t-il indiqué mardi, confirmant des informations du Tages-Anzeiger et du Bund. Ces plantes, dont plusieurs variétés sont concernées, ne présentent pas de danger pour l'homme et l'environnement.

En Suisse, ces pétunias oranges n'étaient pas un best-seller mais plutôt un produit de niche, explique Othmar Ziswiler, responsable du commerce de détail chez JardinSuisse. Selon ses estimations, quelques milliers de plantes au plus étaient vendues chaque année.

Pratiquement toutes ces jeunes plantes étaient importées d'Allemagne et leur culture finalisée dans des jardineries suisses. Certaines entreprises travaillant avec le label 'Suisse Garantie' avaient même obtenu des exploitations allemandes concernées la garantie que les pétunias étaient à 100% sans génie génétique.

JardinSuisse a eu vent de la chose fin avril. Le 1er mai, ses membres, soit quelque 500 entreprises horticoles, ont été informés et priés de retirer ces plantes de la vente. Par bonheur, vu la météo froide et humide d'avril, peu avaient été vendues, précise M.Ziswiler.

Des analyses ont confirmé qu'il s'agissait effectivement de plantes génétiquement modifiées, ajoute le porte-parole de l'OFAG Jürg Jordi. Toutes les plantes concernées doivent être détruites.

Créée en laboratoire il y a trente ans

C'est par le plus grand des hasards que le pot-aux-roses a été découvert. Il y a deux ans, le biologiste finlandais Teemu Teeri a découvert à la gare d'Helsinki des pétunias oranges qui lui ont rappelé une variété créée dans un laboratoire de Cologne (D) il y a trente ans.

Pour en avoir le coeur net, il en a prélevé un échantillon qu'il a analysé, avec le résultat que l'on sait, comme le rapportait la revue scientifique Science la semaine dernière. Ces pétunias sont issus du premier essai de culture d'OGM en plain champ en Allemagne. Quelque 30'000 de ces plantes appréciées pour leurs fleurs avaient été plantées.

Les autorités finlandaises ont réagi en ordonnant le 27 avril dernier le retrait et la destruction de huit variétés. D'autres Etats, dont la Suisse, ont fait de même, initiant ce que Science nomme 'le carnage des pétunias transgéniques de 2017'. On ignore pour l'heure comment ces fleurs ont pu arriver sur le marché.

/ATS
 

Actualités suivantes