Le congrès américain adopte de nouvelles sanctions contre la Russie

Le Sénat américain a adopté jeudi une nouvelle série de sanctions pour punir la Russie de son ...
Le congrès américain adopte de nouvelles sanctions contre la Russie

Le congrès américain adopte de nouvelles sanctions contre la Russie

Photo: Keystone

Le Sénat américain a adopté jeudi une nouvelle série de sanctions pour punir la Russie de son ingérence présumée dans l'élection présidentielle américaine. Le texte, qui a déjà été voté par la chambre des représentants, va maintenant être soumis au président Trump.

Selon le décompte final, les sénateurs ont soutenu la mesure à 98 contre deux, signe d'une forte adhésion républicaine mais aussi démocrate. Le 45e président des Etats-Unis Donald Trump, qui avait émis des objections sur le sujet, pourra promulguer ou opposer son veto au texte, qui vise également l'Iran et la Corée du Nord,.

Son homologue russe Vladimir Poutine avait averti jeudi que la Russie serait forcée de riposter si Washington maintenait son projet de nouvelles sanctions à son encontre.

Républicains et démocrates veulent sanctionner l'annexion russe de la Crimée en mars 2014 et les ingérences de Moscou dans la campagne présidentielle américaine de 2016, qui font l'objet de plusieurs enquêtes parlementaires.

Déclarations contradictoires

'Les Etats-Unis d'Amérique doivent envoyer un message fort à Vladimir Poutine et à tout autre agresseur: nous ne tolérerons pas d'attaques sur notre démocratie', a déclaré le sénateur républicain John McCain quelques minutes avant le vote.

La Maison-Blanche a fait savoir que Donald Trump n'avait pas encore pris de décision quant à la promulgation du texte, qui pourrait compromettre ses projets de rapprochement avec Moscou.

Le nouveau directeur de la communication de la présidence, Anthony Scaramucci, a expliqué que M. Trump souhaitait, en fait, des sanctions plus strictes. L'annonce contredit les tractations menées depuis plusieurs semaines au congrès par la Maison-Blanche en faveur d'un texte moins contraignant.

'Il pourrait signer les sanctions exactement telles quelles ou il pourrait mettre son veto et négocier un accord encore plus dur contre les Russes', a déclaré jeudi M. Scaramucci à CNN.

En cas de veto présidentiel, le texte semble en mesure de remporter un soutien suffisant dans les deux chambres pour passer outre l'opposition présidentielle. A la chambre des représentants, le texte a en effet été adopté par 419 voix contre trois.

/ATS
 

Actualités suivantes