Les organisations environnementalistes soutiennent le projet de sécurité alimentaire

Un 'oui' à la sécurité alimentaire en votation le 24 septembre serait un signal pour une politique ...
Les organisations environnementalistes soutiennent le projet de sécurité alimentaire

Un 'oui' à la sécurité alimentaire en votation le 24 septembre serait un signal pour une politique agricole orientée vers l'écologie, et ainsi sûre et durable. C'est le message de quatre organisations environnementalistes, qui ont lancé mardi leur campagne.

Il est important d'ancrer les principes écologiques dans la Constitution fédérale, argumentent le WWF Suisse, Pro Natura, Greenpeace et Birdlife, regroupées dans l'Alliance pour une agriculture écologique. Mais l'acceptation de l'article constitutionnel en votation n'est qu'un premier pas: les organisations exigent ensuite des adaptations législatives.

Car selon elles, les déficits écologiques de l'agriculture suisse sont manifestes. Elles estiment qu'aucun des objectifs environnementaux pour l'agriculture formulés en 2008 par la Confédération n'est atteint jusqu'ici. Les organisations citent comme exemple l'emploi excessif de pesticides.

'La fertilité des sols et la biodiversité diminuent. Les cours d'eau contiennent trop de pesticides. Les énormes surplus de fertilisants menacent les écosystèmes et le climat. Trop de terres fertiles sont perdues, car construites. Ce sont là les plus grands dangers pour la sécurité alimentaire', explique Thomas Vellacott, directeur du WWF Suisse, cité dans le communiqué.

Modification de la loi exigée

Pour parer à ces risques, les quatre organisations environnementalistes exigent des modifications de la loi sur l'agriculture dans le cadre de la politique agricole 2022+. Elles demandent notamment des 'dispositions claires assurant la réduction de la pollution des cours d’eau et des lacs par les pesticides et les nutriments'.

L'Alliance exige aussi des 'mesures efficaces pour la protection des sols, afin d'empêcher la construction et l'érosion des terres cultivables et d'ainsi assurer la production alimentaire à long terme'. Réduire le surplus massif de fertilisants et arrêter le déclin de la biodiversité figurent aussi parmi les priorités.

Pour mémoire, l'arrêté fédéral sur la sécurité alimentaire est un contre-projet à l'initiative 'Pour la sécurité alimentaire' de l'Union suisse des paysans. Celle-ci a été retirée.

/ATS
 

Articles les plus lus