PostFinance prévoit une réorganisation

PostFinance veut revoir ses structures. Le prestataire de services financiers de La Poste envisage ...
PostFinance prévoit une réorganisation

PostFinance prévoit une réorganisation

Photo: Keystone

PostFinance veut revoir ses structures. Le prestataire de services financiers de La Poste envisage de regrouper une partie de ses salariés dans une nouvelle filiale. Le syndicat Syndicom craint que le projet n'entraîne une détérioration des conditions de travail.

Selon Syndicom, PostFinance a lancé jeudi une procédure de consultation. Celle-ci porte sur un projet de suppression d'emplois et de modifications concernant les conditions de résiliation des rapports de travail, indique à l'ats Christian Capocoel, porte-parole du syndicat, confirmant une information du Blick.

Selon M. Capocoel, la négociation à venir ne concerne pas en premier lieu la réduction d'effectif annoncée en novembre 2016, mais les conditions de résiliation des contrats de travail d'une partie des employés de PostFinance. L'entreprise souhaite réunir ces derniers dans une nouvelle filiale dont les conditions sont moins bonnes que celles qu'offre la banque postale.

'Cela ne va pas', affirme M. Capocoel qui juge le projet scandaleux. Syndicom soupçonne PostFinance de vouloir d'une part exercer une pression sur les salaires des employés appelés à intégrer la nouvelle entreprise et d'autre part, accroître leur flexibilité.

Nouvelle CCT moins avantageuse

En changeant d'employeur, ces salariés ne seront plus soumis à la convention collective de travail (CCT) de La Poste, qui couvre aussi les collaborateurs de PostFinance, poursuit le porte-parole de Syndicom. Ils disposeraient d'une nouvelle CCT, aux conditions 'nettement plus mauvaises', celle-ci ne prévoyant par exemple plus d'obligation d'élaborer un plan social en cas de licenciements.

Selon Syndicom, la mesure concerne 137 salariés de PostFinance, actifs dans le traitement des bulletins de versement. Le syndicat craint essentiellement que ce projet ne soit qu'un début. 'PostFinance compte encore de nombreux salariés dont l'emploi est de plus en plus sous pression du fait de la numérisation', selon lui.

Pour mémoire, le bras financier de La Poste avait fait part en novembre 2016 de sa volonté d'adapter sa stratégie dans un contexte de taux d'intérêts durablement bas. L'entreprise n'avait toutefois pas souhaité indiquer le nombre d'emplois qu'elle entendait supprimer dans le cadre de ce plan.

A la différence de ses concurrents bancaires, PostFinance ne peut pas investir ses fonds sur le marché suisse des crédits et des hypothèques, suite à une décision du Parlement. PostFinance se trouve ainsi affecté plus durement que les banques par les taux d'intérêt négatifs.

/ATS
 

Actualités suivantes