Les Suisses délaissent la TV pour les médias en ligne

En Suisse, plus de 40% des utilisateurs des médias s'informent principalement sur les sites ...
Les Suisses délaissent la TV pour les médias en ligne

En Suisse, plus de 40% des utilisateurs des médias s'informent principalement sur les sites d'actualités (32%) ou via les médias sociaux (9%). Ainsi, les canaux du numérique ont dépassé la télévision (30%) en tant que principale source de nouvelles.

Beaucoup moins de consommateurs préfèrent se concentrer sur la presse écrite (18%) et les émissions d'information à la radio (9%). La presse en Suisse joue toutefois, comme en Autriche par exemple (22%), un rôle plus important en comparaison à d'autres pays européens (généralement en dessous de 10%), selon l'étude Annales 2017 sur la qualité des médias de l'institut fög, publiée lundi.

Pour les utilisateurs âgés de 18 à 24 ans, les médias sociaux (24%) sont après les sites d'actualités (34%) la 2e plus importante source de nouvelles. La télévision est le canal préféré de seulement 14% du plus jeune groupe d'utilisateurs, alors qu'elle constitue la source d'informations la plus utilisée par les groupes d'âge plus avancés.

De même, l'utilisation de la presse écrite dépend fortement de l'âge. Le taux le plus bas (11%) revient aux utilisateurs âgés de 24 à 34 ans, le plus haut (24%) à ceux de plus de 55 ans.

Réseaux sociaux au top

Lorsque les Suisses consomment des nouvelles en ligne, ils le font de plus en plus souvent sur des plateformes d'intermédiaires, via des 'clusters' d'articles dans les listes de résultats, au moyen de recommandations personnalisées et sur les fils d'actualités. Les utilisateurs accèdent aux nouvelles à travers les moteurs de recherche ou en y étant exposés sur les médias sociaux, par exemple.

Au final, en Suisse, environ 30% des lecteurs ne consomment plus l'information sur les sites de marques de médias spécifiques. On peut supposer que ce groupe d'utilisateurs deviendra encore plus important à l'avenir, conformément à la tendance internationale.

En parallèle, la domination des trois réseaux sociaux appartenant à Facebook et Google continue d'augmenter. Facebook (35%), WhatsApp (21%, propriété de Facebook) et Youtube (23%, propriété de Google) sont devenus, hors sites de marques de médias spécifiques, les plus importantes plateformes pour les nouvelles.

Un nivellement qualitatif

Entre 2015 et 2016, Facebook (+62%) et Google (+20%) ont enregistré une hausse à deux chiffres de leurs revenus publicitaires, alors que les gains ont chuté ailleurs. Pour mieux asseoir leur présence, les diffuseurs de médias traditionnels ont tendance à s'établir eux-mêmes sur ces plateformes. Leur arrivée affaiblit cependant le lien avec leur lectorat connecté, selon les auteurs de l'étude.

Facebook influence négativement la qualité, comme l'a montré une analyse de l'offre médiatique sur la plateforme en 2016, relèvent-ils encore. Partant du principe que le réseau social joue avant tout sur l'émotion, les diffuseurs de médias traditionnels ont tendance à proposer sur Facebook une qualité de contenus inférieure comparée à celle offerte sur leurs propres canaux.

Certains d'entre eux réussissent néanmoins à déclencher de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux en y offrant de la bonne qualité. Il s'agit de médias exigeants dont l'offre sur ces plateformes demeure conforme à celle qu'ils proposent ailleurs.

/ATS
 

Actualités suivantes